Accueil A la une Un mort et plusieurs routes fermées

INTEMPÉRIES EN KABYLIE - Tizi Ouzou et Béjaïa fortement touchées

Un mort et plusieurs routes fermées

11501

Les intempéries enregistrées ces derniers jours en Kabylie ont provoqué des dégâts, notamment plusieurs axes routiers fermés, et coûté la vie à un jeune qui a péri dans une voiture emportée par la crue d’un Oued à Bouzeguène. à chaque période de pluie, le problème de la fermeture d’axes routiers revient soit à cause d’éboulements soit à cause d’inondations ou encore avec l’accumulation des tas de détritus charriés par les eaux. Ce désagrément compliquent le quotidien des citoyens qui, désormais, sont habitués à cette situation qui se répète chaque hiver. Néanmoins, cette année, il convient de signaler qu’on n’en est pas au bilan catastrophique dressé les années précédentes à la tombée des premières pluies de la saison.

A ce titre, pour la journée d’hier, des fermetures de routes ont été enregistrées. On a appris de la Direction des travaux publics (DTP) que la route menant du col de Tirourda à Chelata a été bloquée à cause de chutes considérables de neige. La RN30A vers Takhoukht a été aussi fermée, la matinée, en raison d’un éboulement, avant sa réouverture plus tard dans la journée. La RN15, entre Larbaâ Nath Irathen et Aïn El Hammam est, elle aussi, fermée à cause de l’obstruction des caniveaux par les déchets. Même situation au niveau du chemin de wilaya vers Ath Zmenzer.

Dans la commune d’Aït Aïssa Mimoun, la route qui relie les villages Oumlil, Ikhelouiene, Igounane Ameur ou Lazib, est fermée à la circulation à cause d’un ouvrage busé. Ce dernier, d’après les citoyens, a été réfectionné il y a à peine une semaine. En outre, le chemin menant d’Illoula à Bouzeguène a été fermée par la crue de l’oued Tazaghart qui a emporté une voiture, faisant une victime humaine (voir papier ci-contre). A l’entrée d’Azazga, en venant de Béjaïa, un éboulement a rendu la route difficile à pratiquer, signalent les automobilistes ayant emprunté cette destination.

En outre, à l’entrée de la ville, chef-lieu de la wilaya, au niveau des Chabanes, la route était impraticable à cause du cumul et de la stagnation de l’eau. Les automobilistes étaient alors contraints de faire un détour par l’Habitat ou Ihesnaouene. A Béni Douala, la route reliant la localité Taourirt Moussa dans la commune d’Aït Mahmoud à la RN 30 menant à Tizi Ouzou a été barrée hier à la circulation, au lieu-dit Tifraouine. Elle est devenue impraticable à cause des pluies diluviennes qui se sont abattues sur la région, ces dernières 24 heures, et ont charrié des blocs de pierre, tout le long de ce tronçon.

Les automobilistes ont alors rencontré toutes les peines du monde pour passer, car bloqués sur une dizaine de mètres. Certains d’entre eux étaient même obligés de changer d’itinéraire pour éviter les dégâts matériels qui pourraient être occasionnés à leurs véhicules, en présence de gros blocs de pierre mélangés aux déchets (bouteilles, canettes et sacs-poubelle remplis). D’autres, par contre, ont pris le risque de poursuivre leur chemin, après avoir nettoyé, un tant soit peu, la route. Mais ce fut très difficile, compte tenu des quantités de pierres qui obstruaient le passage, ajoutées à cela les fortes pluies qui continuaient de tomber.

Éboulements, routes coupées, murs effondrés et coupures d’électricité à Béjaïa

Les pluies diluviennes, accompagnées de fortes rafales de vent, qui se sont abattues ces dernières 24 h sur la wilaya de Béjaïa ont causé des dégâts matériels importants à travers plusieurs de ses communes. Routes coupées ou transformées en cours d’eau, éboulements, coupures d’électricité et d’eau, crues d’oueds provoquant des inondations et effondrement de mur sont les dommages occasionnés. La circulation automobile était ainsi très perturbée, hier, sur la RN 09, reliant la wilaya de Béjaïa à Sétif par Kherrata. En effet, cet axe routier a été coupé à Meliha suite à un gigantesque affaissement de terrain et au niveau des gorges de Kherrata à cause de chutes de pierres.

Et pour maintenir la circulation, les véhicules ont été orientés vers l’ancien tunnel de Kherrata. Les CW 16 et 6 ont été également coupés, à Tizi N’Berber (PK 65) et Aït Smaïl (PK3), en raison de glissements de terrain. D’autres chemins communaux ont été, en outre, inondés faute d’avaloirs et de réseaux de drainage des eaux de pluie adéquats et entretenus. Quant aux équipes de la Direction des travaux publics (DTP), elles étaient, hier, sur le qui-vive et à pied d’œuvre, dès les premières heures de la matinée, pour rétablir la circulation au niveau des routes obstruées et désenclaver les localités coupées du monde, suite à la fermeture de certains axes routiers.

Par ailleurs, des centaines de foyers ont été privés d’électricité mardi et lundi derniers dans la soirée. Et jusqu’à hier matin, plusieurs localités étaient toujours sans électricité. Cette coupure du courant électrique a été causée, selon un responsable à la Société de distribution d’électricité et du gaz de Béjaïa (SDC) par la chute de conducteurs électriques suite aux violentes rafales de vent, ayant atteint ou dépassé 60 km/heure, lesquelles sont survenues avant-hier dans la nuit. A cet effet, la SDC a réquisitionné toutes ses équipes pour rétablir le courant électrique et réparer les pannes signalées aux quatre coins de la wilaya, malgré les conditions climatiques défavorables et le froid glacial. De même, les dernières intempéries ont provoqué l’effondrement du mur d’une bâtisse à la cité Saïd Bellil.

Il n’a pas résisté aux fortes précipitations et rafales de vent ayant marqué la wilaya de Béjaïa, ces dernières 24 heures. L’APC de Béjaïa, déjà alertée sur la fragilité de cette bâtisse, était accusée, hier, «d’insouciance» par les habitants de cette cité. Suite à cela, elle a dépêché sur les lieux une équipe du Centre de contrôle technique de la construction pour effectuer une expertise, en vue d’engager les procédures et ales travaux de réparation qui s’imposent.

D’autre part, dans la localité de Kefrida, c’est toute une maison qui a été emportée par les torrents. Fort heureusement, aucune victime humaine n’a été enregistrée. Néanmoins, le bétail du propriétaire de cette habitation a péri. Concernant l’alimentation en eau potable, l’Algérienne des eaux (ADE) de Béjaïa a annoncé, hier, une perturbation dans la distribution de l’eau, au niveau des communes de Béjaïa et Oued Ghir à cause de la rupture des conduites principales acheminant l’eau vers ces deux municipalités à partir du barrage Tichy Haf et l’Ainceur Azegzaw.

K. H. et B. S.