Accueil Culture Naït Larbi Lila lauréate

Abi Youcef Concours du meilleur récitant du Coran du village Aït Khlifa

Naït Larbi Lila lauréate

3150

Naït Larbi Lila, jeune fille âgée de 12 ans, a remporté le concours du meilleur récitant du Coran et du Hadith Ennabaoui, organisé le 27ème jour du mois de Ramadhan écoulé par le comité du village Aït Khelifa, commune d’Abi Youcef. Différentes associations de la localité ont contribué à l’organisation du concours, entre autres l’association culturelle Assirem, Talmat environnement, le club sportif amateur local, ainsi que plusieurs associations religieuses. Le concours a eu lieu après la prière des Taouarih, dans la salle de réunions du village Aït Khelifa, en présence de plusieurs invités, l’ensemble des comités des villages de la commune, le P/APC d’Abi Youcef, Rachid Hamid, et son exécutif. Etaient également présents le chef de la daïra d’Aïn El Hammam, le député FLN de la région, Lefki Mohamed, et le commandant de la protection civile et ancien présentateur de l’émission Aneznaz Guid sur la chaîne II, Si Cherif Ben Si Saïd. Aït Maamar omar, un chanteur non voyant a régalé l’assistance avec son répertoire de chansons et poèmes religieux à l’ouverture du concours. Les présents ont également eu droit à des Madihs interprétés en kabyle par Lekhouan d’Aït Yahia qui ont empli la salle d’une ambiance envoûtante et chargée de ferveur. Ensuite, les 30 enfants participants se sont succédé. Ils venaient des villages Aït Khelifa, Tizi Oumalou Tiferdoud et Ouerdja, ainsi que du chef-lieu communal. Leur âge ne dépassait pas les 12 ans. Ils récitèrent chacun un extrait d’un hizb du saint Coran devant un jury composé des deux imams du village organisateur et de Si Cherif. Après délibérations, le choix du jury s’est porté sur Naït Larbi Lila, âgée de 12 ans, qui s’est distinguée par sa façon de réciter un extrait de la sourate El Baqara et un Hadith sur la valorisation du travail et la solidarité citoyenne, qu’elle avait au préalable bien expliqué. Un hadith rapporté par El Boukhari. La fin de cette veillée religieuse a été sanctionnée par la remise de prix à tous les enfants ayant participé au concours, des exemplaires du saint Coran et différents cadeaux leur ont également été offerts. Des massahif ont par ailleurs été distribués à tous les présents. Quant à la lauréate, et en guise de récompense, elle a reçu des mains du chef de daïra une tablette multimédias, un lot de livres religieux, un exemplaire du saint Coran et les hadiths ennabaoui. Ces jeunes enfants ont démontré si besoin est, que la Kabylie tient à son islamité et que la relève est assurée, n’en déplaise à ceux qui traitent tous les Kabyles d’athées. Il n’y a pas un village ni un hameau en Kabylie qui ne dispose d’une mosquée, voire deux, où on continue à enseigner aux enfants la parole de Dieu. Un Islam des ancêtres, à l’opposé de ces doctrines importées d’Afghanistan ou d’ailleurs. Il est à noter enfin que les villageois et tout les invités avaient rompu le jeûne tous ensemble dans la cantine de l’école du village.

Madjid Aberdache