Accueil Culture Le journaliste Mehenni Khalifi lauréat

Prix Assia Djebbar 2018

Le journaliste Mehenni Khalifi lauréat

709

Les résultats de la 4ème édition du Grand prix Assia Djebar ont été dévoilés lors d’une cérémonie de remise de prix organisée au Centre international des conférences (CIC).

Les lauréats ont reçu leurs prix, assortis d’une récompense financière d’un (1) million de dinars pour chacune des trois langues. Sur les 66 œuvres en lice, trois ont été primées. Ainsi, le Prix du meilleur roman en langue amazighe a été décerné à Mehenni Khalifi correspondant de La Dépêche de Kabylie, pour son roman «Imahbel» (les Fous).

En langue française, le prix a été remis à l’auteur Ryad Gidor pour son roman «Les yeux de Mansour», alors qu’en langue arabe le prix a été décerné à Nahed Boukhalfa pour son œuvre «Sirène». Mehenni Khalifi a exprimé sa joie à l’occasion de cette distinction qu’il considère encourageante pour les jeunes écrivains : «C’est une joie naturelle de voir son œuvre sélectionnée par toute une commission pour ce grand Prix littéraire Assia Djebar. Ce genre de prix encourage les jeunes auteurs à écrire davantage, mais surtout à produire de la qualité», nous déclare notre confrère. Natif de la commune d’Aït Smail et âgé seulement de 28 ans, Mhenni Khalifi fait partie de « la famille qui avance ».

Mhenni est hauteur-compositeur- chanteur. Il a édité plusieurs recueils de poésie. S’aventurant dans le monde de la musique, il a édité un album qu’il a intitulé «Tifrat» par lequel il a rendu un vibrant hommage à Matoub Lounes tout en chantant les sentiments et la vie de tous les jours. Il est le frère de la défunte écrivaine Kaysa Khalifi qui nous a quittés il y a plusieurs mois. Il est utile de rappeler que le Prix Assia-Djebar (décédée le 6 février 2015) du roman est cofinancé par l’ANEP (Entreprise nationale de communication, d’édition et de publicité) et l’ENAG Entreprise nationale des arts graphiques, ce prix récompense les meilleurs romans en langues arabe, amazighe et française et vise à promouvoir la littérature algérienne et lui donner une audience internationale.

Aziz Khentous