Accueil Détente Aït Menguelet encore et toujours !

Aït Menguelet encore et toujours !

2992

Aït Menguelet, entouré de ses fils Djaffar à la flute, et Tarik à l’harmonica, était comme un poisson dans l’eau, et donnait l’air de bien savourer ces moments de communion avec son public…

Disons le tout de suite : Aït Menguelet reste égal à lui-même. Deux nuits durant, samedi et dimanche, il a réussi admirablement à subjuguer le public de la Maison de la culture de Tizi-Ouzou, comme à l’accoutumée du reste. A priori, il était franchement difficile d’envisager dans la ville la moindre sortie artistique après les deux concerts évènement de Allaoua et de Khaled qui ont précédés, tellement la barre a été placé très Haut. Mais décidément, quand on a pour nom Aït Menguelet, toute appréhension est chassée naturellement. Le poète a fait salle comble deux soirée de suite. Pas le moindre espace pour bouger dans la salle. N’empêche qu’on a dansé…sur place toutefois. C’est Djaffar, son fils qui a commencé la soirée. Sans complexe, il a déroulé son nouvel album devant une foule qu’il a su embarquer dès les premières notes. C’était beau à partager. Du chant propre, une ambiance mesurée. On écoutait en appréciant, par moment, et on se lâchait sans retenue par d’autres. L’entrée de Lounis, le père s’est faite sans transition mis à part cette entracte marquée par le présent offert par le directeur de l’établissement à l’auteur de la première partie. Le sage a fait son apparition sous les acclamations et les youyou. Fidel à sa couleur fétiche, Lounis se présentera tout en noir, pantalon et chemise. Pour la circonstance, il s’est aussi offert une nouvelle coupende cheveux. La moustache n’a pas été négligée non plus. Il devait bien se sentir sur scène, lui qui était entouré de ses deux fils Djaffar qui a pris sa place à la flute, et Tarik à l’harmonica. Il entame son récital par « A Yitij » puis enchaîne avec d’autres titres, « Arjuyi », « Tavrats », « Ifer Ivaouen », JSK et d’autres, notamment ceux contenus dans le tout dernier album sur lesquels il s’attardera. Le public a beaucoup apprécié d’ailleurs. Difficile de décrire l’osmose, l’ambiance et la complicité qui a régné entre le public et l’artiste. C’était fusionnel, dans la grande communion, et la joie du partage… C’était une ambiance particulière. Une ambiance qui s’est prolongé jusqu’au-delà de minuit, tellement l’assistance en redemandait encore. Lounis y mettra fin à contre cœur avec « Ami ». C’était son dernier titre chanté lors de cette première soirée du samedi avant de donner rendez-vous à son public pour hier pour la seconde soirée. C’était vraiment sympa, avec une grande ambiance qui s’est prolongée dans les loges. L’artiste a d’ailleurs quitté les lieux difficilement devant la demande accrue des fans qui l’entouraient, qui pour une photo, qui pour un othographe, qui pour juste un petit mot. Hier encore ça ne devait être autrement. Mais juste plus magistral.