Accueil Évènement Les littoraux profitent bien de la plage

à la veille de la fin du mois de ramadhan et du grand rush...

Les littoraux profitent bien de la plage

3381

à une demi-heure de la rupture du jeûne, il y a toujours foule à la plage de Lota, dans la commune de Souk El-Tenine.

En effet, alors qu’il y a quelques années de cela, aller à la plage durant le Ramadhan relevait de l’inimaginable, ce n’est plus le cas depuis que ce dernier coïncide avec la saison estivale. Effectivement, depuis quelques années, les habitants du littoral vont à la plage durant tout l’été y compris en période ramadhanèsque. C’est le cas cette année. Ne pouvant pas supporter la chaleur de la journée, dont les degrés de température oscillent autour de la trentaine, des jeunes, des moins jeunes et des familles entières passent leur après-midi à la plage. «Je profite du Ramadhan, période durant laquelle il n’y a pas encore de vacanciers, pour me baigner. J’ai toute la plage à ma disposition et je ne rencontre aucun problème quant au fait de jeûner», dira Farouk, un père de famille, la trentaine bien entamée qu’on rencontrait sur place avant hier. Son ami Kamel, qui l’accompagne chaque fin d’après-midi à la plage d’Azemmour à Aokas, pour quelques plongeons et une partie de volley entre amis, partage le même avis. Ça ne grouille pas de monde mais le nombre de baigneurs est appréciable, notamment durant le week-end. Si à scruter la mine défaite des parents, on peut aisément deviner qu’ils ont fait carême, ce n’est certainement pas le cas de tout le monde. En effet, la majorité des jeunes qui se baignent en groupes, munis, généralement, de leur ballon de volleyball, ont, souvent, des bouteilles d’eau à portée de la main. Beaucoup d’entre eux essayent, par respect aux autres, de boire en cachette alors que d’autres le font au vu et au su de tout le monde. C’est la liberté du culte et d’expression sous toutes ses formes. Enfin, ce jeu s’arrêtera dans une semaine. Juste après la fête de l’Aïd el fitre, les plages du littoral seront prises d’assaut par les estivants qui profiteront pleinement de l’été après que les saisons des six dernières années aient été amputées de quelques jours par le mois de Ramadhan qui s’y est imposé. Dès le premier week-end post-ramadhan, des millions de touristes atterriront dans les différentes communes du littoral bejaoui. «Nous avons des réservations à partir du deuxième week-end post-ramadhan. Tous les appartements que nous avons à l’agence seront loués à partir de la deuxième quinzaine du mois de juillet. Quant à la deuxième semaine de juillet, nous n’avons que deux réservations pour un court séjour», dira Mouloud, gérant d’une agence immobilière d’Aokas. Presque même son de cloche chez les hôteliers. Le directeur de l’hôtel «Les Hammadites», que nous avons contacté par téléphone, déclarera que toutes les chambres seront occupées à partir de la dernière semaine du mois de juillet alors que pour la période séparant la fête de l’Aïd et la fin du mois, il y a eu quelques réservations sans plus, soulignera-t-il. Il est attendu, un grand rush en cette première saison pleine après un ajournement de six longues années.

A. Gana