Accueil Évènement «La Kabylie n’a jamais eu de vocation autonomiste !»

Tizi-Ouzou Les mises au point du Conseil Fédéral du FFS

«La Kabylie n’a jamais eu de vocation autonomiste !»

6350

Abdelmalek Bouchafa, premier secrétaire national du FFS, s’est exprimé lors du Conseil Fédéral du parti qui s’est tenu, dans la matinée d’hier, dans la petite salle de la maison de la culture Mouloud Mammeri.

Au cours de son intervention faite entièrement en arabe classique devant les parlementaires, les sénateurs, les membres de l’APW et les membres du conseil fédéral du FFS de la wilaya de Tizi-Ouzou, M. Bouchafa a longuement parlé de la situation économique, sociale et politique du pays ainsi que des activités du parti. À ce sujet, il dira : «La fédération de Tizi-Ouzou est très forte par ses positions et actions multiples dans la préservation des principes et idéaux du parti à tel point qu’elle donne un bel exemple à suivre pour toutes les autres régions. La construction démocratique dans notre pays est inévitable et nous n’avons pas le droit de dévier les orientations du parti et les idéaux de feu Hocine Aït Ahmed». Et de tirer à boulets rouges sur les tenants du pouvoir. «C’est un régime qui n’a aucun souci pour la construction démocratique. L’alternance du pouvoir n’est pas dans sa feuille de route», dira-t-il en taclant le parlement qu’il qualifie «de parlement préfabriqué dans sa majorité». Bouchafa abordera le fléau de «la corruption et ses terribles conséquences dramatiques sur le pays». Comme il soutiendra que les problèmes de la Kabylie sont les mêmes vécus ailleurs : «La grande responsabilité revient au même régime qui gouverne. Le devenir de l’Algérie est lié à celui de la Kabylie et vis-versa. Les dernières décisions que le parlement avait prises dans la précipitation, n’honorent guère le statut du député qui devrait défendre les intérêts du peuple et non celui du système et du régime». Abdelmalek Bouchafa donnera des instructions à la fédération de Tizi-Ouzou quant à la bonne préparation des deux évènements, à savoir le 20 août (journée du moudjahid) et le 29 septembre (date de la création du FFS). «Nous voulons que ces deux évènements réussissent», dira-t-il. Sur ce, les journalistes présents seront alors invités par le fédéral, Farid Bouaziz, à quitter la salle pour la poursuite des travaux relative à la situation organique du parti. Il est à signaler qu’auparavant, le secrétaire fédéral, Farid Bouaziz, avait informé l’assistance que ce conseil est scindé en deux parties : volet politique et volet organique. Pour cette dernière session, le fédéral a précisé que deux commissions seront mises en place, tout en affirmant que «tous les indicateurs sont au rouge. La limitation des subventions décidées par l’administration lors de la dernière session de l’APW, n’augure rien de bon. La wilaya fait face à beaucoup de problèmes, à savoir le manque d’eau, l’état lamentable de l’université…». Quant à Rachid Halet, membre de l’instance présidentielle du FFS, il dira en conclusion, en parlant du MAK : «La Kabylie n’a jamais eu de vocation autonomiste, elle est nationale. Le MAK ne constitue pas de danger pour le pays. Le principal danger est le système qui ne veut pas lâcher du lest et qui continue à museler la voix discordante : opposition, anciens militaires…».

Arous Touil