Accueil A la une 674 831 candidats attendus

BAC 2019 - Début aujourd’hui des épreuves

674 831 candidats attendus

196

C’est le grand jour pour les candidats au baccalauréat. Ils sont 674 831
à se présenter, aujourd’hui, à ces épreuves sur l’ensemble du territoire national.

En effet, plus de 600 000 candidats sont attendus à cet examen décisif, qui va durer 05 jours, dont 411 431 sont scolarisés et 263 400 libres dont 4 011 sont issus d’écoles privées. Toutefois, la filière des sciences expérimentales occupe la première place en matière de nombre de candidats (37 %) suivie de la filière des lettres et philosophie (25,10%) puis de la filière gestion et économie. Seulement 3,06 % des candidats, en spécialité mathématiques, passent leur bac.

Afin d’éviter toute tentative de fuite des sujets, des mesures draconiennes ont été prises, tels que la mise en place de caméras de surveillance, au niveau des centres d’examen et des centres de stockage des sujets.

Rappelons, toutefois, que le ministre de l’Education nationale, Abdelhakim Belabed, avait donné des instructions fermes aux Directeurs de l’éducation pour la sécurisation de cet examen. M. Belabed avait insisté, lors d’une récente visioconférence avec les responsables des 50 directions de l’Education, sur la nécessité d’ouvrir les enveloppes des sujets des épreuves du Bac en temps opportun, affirmant que «leur ouverture avant l’heure est une erreur impardonnable». En ce qui concerne le phénomène de la fuite des sujets, le ministre affirme que ce dernier est en «net recul».

En effet, il n’a pas exclu le lancement de poursuites judiciaires à l’encontre de toute personne qui oserait publier les sujets sur internet, tout en faisant savoir que 07 personnes avaient été poursuivies en justice, suite à la publication des questions de l’examen de fin de cycle primaire.

Le département d’Abdelhakim Belabed avait assuré que «toutes les conditions matérielles et organisationnelles de cet examen, de la confection des épreuves à la proclamation des résultats, ont été mobilisées afin d’assurer son déroulement dans des conditions correctes».

Afin de contrecarrer la fraude au Bac, cette année, la tutelle a affirmé que «la sécurité sera drastiquement renforcée par l’apport de moyens technologiques, parmi lesquels figurent une panoplie de brouilleurs de portables et autres caméras de surveillance».
L. O. CH.