Accueil Évènement Elle doit relier Béjaïa à l’autoroute Est-ouest : La pénétrante s’embourbe

Elle doit relier Béjaïa à l’autoroute Est-ouest : La pénétrante s’embourbe

28127

Une annonce puis silence radio ! Le projet de réalisation d’une pénétrante autoroutière reliant Bejaia à l’autoroute Est-Ouest est-il compromis ?

Une annonce puis silence radio ! Le projet de réalisation d’une pénétrante autoroutière reliant Bejaia à l’autoroute Est-Ouest est-il compromis ? Le P/APW de Bejaia, Hamid Ferhat n’en doute guère. Selon lui, le dossier de la pénétrante reste à ce jour bloqué dans l’antichambre de la Commission nationale des marchés Publics, laissant ainsi libre cours « aux interprétations les plus extrêmes.» Dans une missive adressée au Premier ministre, Hamid Ferhat souligne qu’ « un silence s’est abattu sur ce dossier » depuis février 2010, sachant, rappelle-t-il à Ahmed Ouyahia, que l’appel d’offre a été lancé au cours de l’année 2009 et l’avis d’attribution provisoire du marché dans la presse nationale a été publié en février dernier. Pour Hamid Ferhat la réalisation de la pénétrante autoroutière revêt une importance capitale d’autant plus que les RN12 et 26, poumon économique de la wilaya de Bejaia sont « saturées et complètement obsolètes. » Ces deux axes routiers, précise-t-il, longent plusieurs agglomérations sur un linéaire de plus de 100 kilomètres, obligeant par conséquent les automobilistes à rouler à une vitesse moyenne ne dépassant pas les 20 km/heure. Promesses sans lendemain des responsables du secteur, fuite en avant et silence totale entourent pour l’instant le dossier de la pénétrante devant relier Bejaia à l’autoroute Est-Ouest. Cela, estime Hamid Ferhat dans sa lettre datée du 31 décembre 2010, « met en péril le devenir économique du port de Bejaia, premier port d’Algérie (…) la wilaya toute entière et toute la zone d’influence de ce port qui va au-delà de notre wilaya pour toucher celles du centre du pays. » Ce retard trouve une explication dans ce qui revient comme un leitmotiv dans les pamphlets de Hamid Ferhat. « (…) toutes autres tergiversations et tout autre retard ne pourront être justifiés que par une volonté délibérée d’écarter notre wilaya du schéma de développement national et par là même de la consumer à petit feu » écrit-il au Premier ministre, tout en lui demandant d’accorder une importance particulière au projet de la pénétrante. Une pénétrante, fait-il remarquer à Ahmed Ouyahia, « vitale aussi bien pour l’économie locale que nationale. » Donc, poursuit-il sa plaidoirie, « il est impensable et paradoxal devant une telle urgence qu’on mette une année comptabilisée à ce jour, voire plus, pour confier un marché d’étude. » Pour Hamid Ferhat si toutes les démarches nécessaires avaient été prises par les responsables en charge du secteur, aujourd’hui l’étude « aurait pu être achevée et les travaux certainement lancés et aurait redonné espoir et confiance aux citoyens de cette wilaya et au-delà à tous les usagers de cet axe stratégique dont les nerfs sont mis à rude épreuve quotidiennement, sans parler des pertes énormes induites sur les transports et même sur l’état de cette route fortement sollicitée. »

B.B.