Accueil A la une «Assa azekka Lounès yella yella !»

Commémoration du 21e anniversaire de l’assassinat de Matoub Lounès

«Assa azekka Lounès yella yella !»

824

Vingt-et-un ans, jour pour jour, ont passé depuis son assassinat en 1998, mais l’empreinte qu’il a laissée ne s’efface visiblement pas.

Matoub Lounes est plus que jamais vivant dans l’esprit de ceux qui l’ont approché et dans le cœur des jeunes générations, qui pourtant ne l’ont pas connu, mais l’ont adopté, aimé et adulé à travers ses œuvres, son parcours et ses positions mémorables.

Un grand amour indéchiffrable le lie à ses milliers de fans, à travers les quatre coins du pays, qui ont fait, hier, à l’occasion de la commémoration de l’anniversaire de son assassinat, un pèlerinage vers sa demeure à Taourirt Moussa. Un attachement que traduit l’image d’une foule en délire scandant «Assas azekka Lounes yella, yella».

Ni la chaleur caniculaire qui régnait hier dans la wilaya de Tizi-Ouzou n’a dissuadé les inconditionnels amoureux de Matoub Lounes, ni les bouchons monstres sur la route menant vers Béni Douala et Taourirt Moussa.

Dès la matinée, les gens ont afflué vers le lieu de son assassinat à Tala Bounane, hommes, femmes, jeunes et moins jeunes, les dos parés des drapeaux national et amazigh. À haute voix, un groupe de jeunes prêtait serment de ne pas lâcher le combat auquel Matoub avait consacré sa vie et pour lequel il est mort. «Le combat identitaire, une partie indissociable du combat démocratique», a-t-on tenu à souligner. Ce fut un moment matinal fort.

La délégation de la fondation Matoub Lounes, à sa tête sa sœur Malika Matoub, déposait à ce moment là une gerbe de fleurs dans ce lieu qui a vu couler le sang du Rebelle. D’autres délégations se sont succédé sur le lieu, tout au long de la journée, à l’instar de celle de l’association Mouloud Feraoun, de la JSK, représentée par son président Cherif Mellal et Mouloud Iboud, des partis politiques, des élus de l’APW de TiziOuzou, et des P/APC de différentes communes de la wilaya.

A Taourirt, chez les Matoub, dans la maison qui a vu naître le Rebelle, l’ambiance fut des plus émouvantes et intenses. La ferveur des jeunes et leur attachement à celui qu’ils considèrent comme un symbole se sont exprimés à travers des chansons entonnées, des slogans scandés ou brandis et des cris qui fusaient de toutes parts. Les présents faisaient la navette entre la maison, sa tombe et le musée installé en plein air pour l’occasion. Certains se prenaient en selfies, avec le portrait du chantre en arrière plan, d’autres lisaient les coupures de presses qui relatent le parcours et la vie du Rebelle. Cela se passait dans la cours de la maison.

Du côté de sa tombe, des jeunes se bousculaient. Tous voulaient voir au plus près, derrière les barreaux du portail, la voiture dans laquelle Matoub Lounes a été assassiné, la fameuse Mercedes noire, traversées par des dizaines de balles. Les moins jeunes étaient impressionnés et c’était visible sur leurs visages, mais aussi à travers les mots qu’ils lâchaient inconsciemment : «Waw !», «Toujours neuve », «On dirait que le temps s’est arrêté», dira aussi un homme d’un certain âge, voisin de Matoub. «J’ai eu l’honneur de monter dans cette voiture», dira-t-il avec fierté. Pour accéder à l’intérieur de la cour de la maison, il faut compter un bon quart d’heure si ce n’est plus. Ils étaient des centaines à attendre leur tour.

La fondation y a dressé des tables et un couscous «Waada» a été offert aux présents. En début d’après-midi, ce fut l’heure du dépôt des gerbes de fleurs au pied de la tombe de Matoub Lounes, sise à côté de la maison. La famille, la fondation, le Congrès Mondial Amazigh, des associations, des élus, des représentants de partis politiques étaient tous là, au rendez-vous. L’endroit n’a pas pu contenir le nombre des présents. «Ulaç Smah Ulach», «Mazalagh Dimazighen», «Assa Azekka Lounes Yella Yella» ou encore «Pouvoir assassin» étaient criés par une foule en délire.

Un membre de la fondation prend alors parole et demande du silence. La chanson du dernier album de Matoub Lounes, l’hymne national version kabyle, a résonné sur les lieux. D’une seule voix, tous les présents l’ont entonné, avec fougue, pour ensuite reprendre les «Assa Azekka Lounes Yella Yella» et «Ulaç Smah Ulaç». Malika Matoub, présidente de la fondation, prend alors la parole, expliquant que le contexte ne permettait pas de grandes festivités, citant notamment la disparition du militant du M’Zab feu Kamel Eddine Fekhar, et rappelant que la fondation lui a décerné le prix de la résistance Lounes Matoub en 2017.

La sœur du rebelle a, elle, souligné que Lounes «s’est sacrifié pour ses compatriotes et pour les idées pour lesquelles il militait. Celui qui veut prendre le relais du combat de Lounes Matoub, celui qui veut suivre son chemin, doit aujourd’hui réclamer la vérité sur son assassinat». Elle fera ensuite appel à tous les «enfants de Lounes» pour «exiger la vérité sur sa mort».

Les présents ont scandé «Anili Anili», en réponse à la sollicitation de la sœur du Rebelle qui leur transmettra le message de la maman de Matoub qui leur demande aux jeunes de «ne pas oublier et poursuivre le combat». Elle a en outre exprimé son soutien et celui de la fondation aux détenus pour le «drapeau Amazigh».

Toujours dans le cadre de la commémoration de l’assassinat de Matoub Lounes, la première pierre pour la construction des deux stèles Matoub Lounes et Imache Amar a été posée, à Béni Douala (voir papier de Lyes Mechouek). Les travaux vont commencer au mois de juillet prochain, à l’occasion de l’anniversaire de la mort d’Imache Amar, grand militant de la cause berbère.
Kamela Haddoum.