Accueil Évènement Le Cnapeste dans la tourmente !

BÉJAÏA - Des dizaines de syndicalistes, dont des cadres, démissionnent

Le Cnapeste dans la tourmente !

140

Le Cnapeste de Béjaïa traverse une zone de turbulences ! Ce syndicat enregistre ces derniers jours des démissions sans précédent.

La semaine dernière, des dizaines de syndicalistes, dont des membres du conseil national, du conseil régional, du bureau de wilaya, des coordinateurs de section et autres adhérents ont annoncé, dans une déclaration datée du 18 janvier 2020, leur démission de ce syndicat. «Nous, membres du syndicat Cnapeste – Béjaïa (adhérents, membres du conseil de wilaya, membre du conseil national, membres du bureau de wilaya, membres des commissions paritaires) annonçons notre démission collective pour des raisons multiples (…)», écrivent les signataires de la déclaration, tout en dénonçant le fonctionnement archaïque du bureau de wilaya.

«Le bureau de wilaya a instauré un système d’autoritarisme, sectaire et dominateur, aux pratiques et réflexes primaires issus du parti unique», a-t-on révélé, soulignant que les prémices de la crise qui secoue le syndicat le plus ancré à Béjaïa remontent au dernier congrès. «Depuis le dernier congrès et suite à l’élargissement du bureau de wilaya à 13 membres, un fonctionnement stalinien est installé par certains membres inamovibles ; chose qui a dévié la mission du bureau, à savoir la défense des intérêts des enseignants et le règlement des situations pendantes», a-t-on expliqué, en révélant que «toute l’énergie déployée par les concernés (des membres du bureau de wilaya, ndlr) servait à manipuler, à régler des comptes dans le cadre d’une guerre interne qui favorise l’immobilisme pour le maintien de l’autoritarisme et la domination d’une poignée de personnes».

Les démissionnaires ont aussi dénoncé «l’ingérence et la mainmise du bureau de wilaya sur les commissions paritaires, dont le travail est régulièrement entravé par des consignes qui ne profitent pas à tous les enseignants, ostracisme et exclusion à l’encontre des membres qui osent contrarier l’inamovible équipe dirigeante, l’absence de réflexion, de formation, de stratégie et étouffement de toute initiative avant-gardiste». Au niveau national, les signataires du document reprochent aux membres du conseil national du Cnapeste d’être «restés en marge des événements qui ont marqué la révolution du peuple algérien», malgré, a-ton fait remarquer, «les appels incessants de la base qui s’est engagée naturellement en faveur de cette marche de l’histoire (…)». En conclusion, les désormais ex-cadre et adhérents du Cnapeste-Béjaïa se disent «unis et solidaires afin de se donner un cadre de lutte revendicatif, démocratique et autonome à la mesure des attentes des salariés/citoyens».
F. A. B.