Accueil Kabylie Les mardis de l’angoisse !

AOMAR - Embouteillages monstres autour du marché de voitures

Les mardis de l’angoisse !

280

Chaque mardi, jour de marché, des véhicules d’occasion provoquent des embouteillages monstres sur plusieurs kilomètres, au niveau du tronçon de la RN5 passant par la ville d’Aomar, à l’ouest du chef-lieu de wilaya.

En effet et durant une bonne partie de la journée, notamment aux heures de pointe, la circulation y est infernale. Ce qui crée beaucoup de désagréments aux usagers de la route, qui sont pris durant des heures dans les bouchons. Ils n’ont pas d’autre choix que d’attendre dans leurs véhicules sur des files qui avancent à pas de tortue, en prenant leur mal en patience. Il arrive parfois que le trafic soit carrément bloqué dans les deux sens, et ce en raison des comportements de certains automobilistes qui par de folles manœuvres compliquent davantage la situation.

«Chaque mardi, je mets plus d’une heure pour traverser la ville. La circulation est vraiment infernale, les jours de marché, et cela dure depuis des années. Il faut trouver une solution à ce problème et soulager les usagers de la RN5», a confié un automobiliste, qui emprunte cette route, au quotidien. A l’origine de ce problème récurent, le marché hebdomadaire des véhicules d’occasion, situé à l’entrée de l’agglomération, aux abords de la RN5.

Ainsi, chaque mardi, les accotements de cette route sont pris d’assaut par les automobilistes se rendant à ce marché. A cela s’ajoutent les manœuvres de ceux qui tentent d’accéder ou de quitter les lieux. Des manœuvres qui perturbent la circulation automobile. D’autre part, d’aucuns à Aomar estiment que l’emplacement du marché des véhicules pose un sérieux problème. Le même sentiment est partagé par les usagers de la RN5 passant par cette ville.

A cet effet, sa délocalisation loin de l’agglomération et de la route constitue pour beaucoup une solution, qui mettra fin aux embouteillages récurrents et aux désagréments qu’ils engendrent. A signaler que ce marché a été déjà délocalisé par le passé. Seulement, l’actuel site l’accueillant n’est qu’à une dizaine de mètres de l’ancien site.

Certes, le marché a été agrandi mais le problème de la circulation n’a pas été pour autant résolu. Bien au contraire, il s’est aggravé. Devant ces problèmes récurrents, les habitants de la localité et les usagers de la route souhaitent la délocalisation de ce marché, au plus vite.
Djamel M.