Accueil Kabylie Pronostic d’une bonne récolte d’huile d’olive

Ouaguenoun

Pronostic d’une bonne récolte d’huile d’olive

82
Olive tree on red soil

À entendre les vieux de la région d’Ouaguenoun, la récolte oléicole prochaine sera très bonne. C’est du moins ce qui ressort de leurs affirmations qui se basent sur l’expérience léguée par des anciens.

En effet, ces derniers constatent, avec grande satisfaction, que les oliviers ont résisté à la période de chaleur du début de la saison estivale. Cette période qui suit la période de floraison est importante car si les graines, encore frêles et fragiles, tombent, la période n’est pas favorable.

En effet, le constat est palpable et visible à l’œil nu. Les graines d’olives ont résisté ce qui augure d’une bonne récolte. À travers tous les champs visités, le constat est le même avec des oliviers pleins de petites graines encore vertes. Selon beaucoup de personnes interrogées, les graines ont survécu aux chaleurs torrides vécues en juillet. Le temps qui reste, celles-ci, seront plus résistantes, à la grande satisfaction des villageois.

Par ailleurs, il est à signaler que l’oléiculture est l’activité principale des habitants de cette région. Après les années 60 et 70 qui ont vu l’agriculture maraîchère et céréalière se développer autour du barrage de Djebla, les populations se sont vite reconverties à l’arboriculture après avoir constaté le déclin de cette activité pourtant privilégiée par l’État en ces temps-là.

Sur les plaines de Djebla et Tamda, la céréaliculture qui s’est développée très rapidement à décliné au même rythme. Le barrage destiné à l’irrigation est quant à lui abandonné pour subir les affres de l’envasement. Les agriculteurs des alentours se sont reconvertis à l’élevage bovin et la production laitière. C’est après le déclin de l’activité agricole autour du barrage de Djebla que l’oléiculture a repris le flambeau.

Les habitants des villages situés sur les hauteurs ont repris le chemin des champs à la recherche de leurs oliviers. Au milieu des années 8O, raconte un vieil homme d’Ighil Bouchene, les gens avaient complètement abandonné leurs oliveraies. Des opérations de déforestation ont été menées par les villageois. Quelques années plus tard, les oliveraies renaissent de leurs cendres pour donner lieu à l’émergence à nouveau de l’oléiculture.

Enfin, après l’annonce d’une saison favorable, les oléiculteurs espèrent que les services concernés resteront à leurs côtés pour leur prodiguer des conseils et les accompagner de leurs apports techniques surtout durant la phase de trituration.
Akli N.