Les travailleurs en grève

Partager

Encore une fois, les travaux sur l’autoroute Est-Ouest, sur l’itinéraire allant du PK 0 (Tizi-Ouzou) jusqu’au PK 45 (Djebahia), dans la wilaya de Bouira, sont à l’arrêt depuis samedi dernier suite à la grève des travailleurs du chantier.

«Notre grève a été décrétée pour exiger du groupe ONE (Ozgun, Nurol, Engeo) de répondre à nos revendications», dira un employé en grève. Notre interlocuteur revient sur le licenciement abusif d’employés au sein de ce groupe. «L’an dernier, nous avons observé une grève lorsque dix-neuf de nos camarades ont été licenciés.

Lors de la rencontre tenue avec les responsables du groupe, nous avons exigé des responsables de donner un préavis de trois mois avant chaque licenciement. Ainsi, le licencié aura ses droits de départ à raison de trois mois par exercice au sein du groupe», expliquera-t-il. Et d’ajouter : «En plus de ce préavis sur lequel nous nous sommes entendus, nous demandons l’augmentation du salaire de base, les primes de risque, le versement des salaires dans les délais».

Avant-hier, un groupe de travailleurs a ouvert le dialogue avec les responsables. «Ils ont promis de répondre à nos revendications, mais jusqu’à hier après-midi, rien n’a été fait. C’est pourquoi nous avons décidé de poursuivre notre mouvement de protestation, surtout après avoir appris que les responsables ont demandé de déléguer quatre représentants.

Or, ce que nous demandons est un document écrit où seront portées les décisions prises en présence de l’inspecteur du travail. S’ils veulent qu’on désamorce cette autre crise, les responsables n’ont qu’à le faire publiquement devant les grévistes au niveau de la base de Draâ El-Mizan», soulignera le même interlocuteur.

Hier encore, le mouvement se poursuivait dans tous les chantiers où aucune tâche n’a été assurée. C’est dire que ce projet prend de plus en plus de retard. Dernièrement, si besoin est de le rappeler, c’était les sous-traitants qui avaient observé une grève pour exiger le paiement de leurs salaires. Par ailleurs, il est à noter que déjà les délais contractuels, qui devaient expirer en 2017, étaient prolongés jusqu’au mois de mars 2020, date à laquelle, normalement et en principe, ce projet autoroutier serait livré, selon le ministre des Travaux publics en visite l’an dernier sur cet axe.

En tout cas, à voir tous les autres aléas, notamment les oppositions qui surgissent de temps à autre, ce ne serait pas dans une année que ces 45 kilomètres de route, avec tout ce quelle comprend comme viaducs, échangeurs et tunnels, seront achevés. Les automobilistes devront prendre leur mal en patience car c’est encore long pour eux d’être soulagés et délivrés des tracas quotidiens de la RN25 pour ceux qui voudraient rallier l’autoroute Est-Ouest à Djebahia.

Amar Ouramdane

Partager