Accueil A la une Quitus pour sa transcription en tamazight

ONU - Déclaration des droits de l’Homme

Quitus pour sa transcription en tamazight

8842

Tamazight est désormais une réalité sur la place mondiale et fera même partie des langues dans lesquelles sont écrits les documents universels. Le Commissariat aux droits de l’homme aux Nations-Unis vient de donner son quitus pour inclure la traduction de sa déclaration universelle dans la nomenclature des langues existantes. Et après avoir inclus tamazight dans la liste des langues existant sur les réseaux sociaux, le temps est donc venu pour cette langue ancestrale d’intégrer les organisations internationales.

Dans ce sens, depuis quelques jours, cette déclaration universelle est disponible pour le téléchargement sur le site officiel de ce Commissariat. Les Amazighs peuvent donc la posséder, l’afficher et la partager dans leur langue maternelle longtemps absente aux niveaux national et international. Il convient de rappeler que la traduction est réalisée par l’organisation marocaine «Azita», qui a déjà fait un grand travail dans ce domaine. Cet exploit est également le fruit d’un long et minutieux travail de lobbying exercé durant des années par les militants de la cause amazighe, aux niveaux nord-africain et mondial.

Par ailleurs, il a été relevé le dynamisme qui caractérise le domaine de la recherche en langue amazighe, ces dernières décennies, en Algérie et au Maroc, mais aussi dans les pays où vit en force la communauté amazighe. Des travaux de traduction sont en train d’être réussis par de jeunes équipes afin de rendre les réseaux sociaux surtout Facebook abordables dans cette langue. D’ailleurs, une version amazighe de Facebook est déjà en ligne avec les caractères tifinagh et latin. Aussi, d’autres équipes se sont mises à traduire d’autres plates-formes et applications afin d’intégrer tamazight à la technologie.

A noter que le souci d’intégrer les nouvelles technologies est né de la nécessité pour cette langue d’y figurer pour ne pas disparaître. Le monde moderne dans lequel nous vivons est sans merci pour les langues faibles. Ne pas exister sur les TIC est une mort assurée parce que les locuteurs vont, à l’avenir, communiquer oralement avec les machines. S’ils doivent recourir à une autre langue, alors ce sera la disparition assurée de leur langue maternelle. Après les exploits enregistrés, tamazight s’éloigne de plus en plus de la zone à risque.

A rappeler que la Déclaration universelle des droits de l’homme a été rédigée le 10 décembre 1945. Le document a été validé et accepté par tous les blocs et les communautés politico-économiques après la première Guerre mondiale. Il a été traduit dans 500 langues. Tamazight vient de rejoindre le bloc, au grand bonheur des Imazighene.

Akli N.