Accueil National Sit-in des résidents devant la wilaya

Bouira - Cité Hemlaoui

Sit-in des résidents devant la wilaya

38

Les résidents de la cité Hemlaoui qui renferme près de 400 foyers, plus communément appelée «Belmahdi», sont montés au créneau, hier matin, en organisant un sit-in devant le siège de la wilaya afin de s’entretenir avec le wali. Et pour cause. Cela fait plus de trois années que leur doléance principale n’a pas été prise en charge. Elle a d’ailleurs atterri devant les tribunaux pour trouver une issue. Il est à rappeler que ce conflit remonte à 2016, lorsqu’une personne a acquis une assiette foncière qui servait jusque-là d’entrée principale aux résidents de ladite cité. Le nouveau propriétaire a aussitôt commencé à construire, empêchant l’accès aux résidents.

Cette affaire a alors été portée devant la justice et les résidents ont eu gain de cause dans un premier temps avant que le propriétaire en question fasse appel. Le verdict sera alors en sa faveur, ce qui fera sortir la partie adverse de ses gonds. Dans ce sens et à plusieurs reprises, les habitants de la cité Hemlaoui ont fermé l’accès menant à la ville de Bouira pour exprimer leur mécontentement, en vain. Et depuis plusieurs mois, ils se rendent régulièrement à l’APW pour tenter de trouver une solution à leur problème. Mais leur situation n’a pas évolué d’un iota. «Ce nouveau venu n’a pas trouvé mieux que de bloquer l’accès avec ses camions et engins, empêchant nos véhicules de stationner devant nos maisons.

La situation est invivable, notamment lorsque nous avons des malades à évacuer. Dès lors, même les ambulances de la Protection civile ne peuvent accéder à notre cité», s’insurge l’un des résidents. Par ailleurs, selon les autorités de wilaya, la réfection de l’accès principal de la cité Hemlaoui sera prise en charge, lors de l’aménagement du nouveau pôle urbain de Bouira, tel qu’ordonné par le wali. Mais d’ici là, les engins et les camions des entreprises réalisatrices de ce pôle urbain s’affairent toujours dans ce chantier. Mais malgré les promesses qu’ils ont eues, les protestataires refusent de passer un autre hiver sans accès à leur quartier. «A l’arrivée des pluies, nos enfants pataugent dans ce qui s’apparente à des marécages pour se rendre à l’école.

On doit alors se relayer pour leur faire franchir l’accès principal rempli de boue», se plaint un père de famille. Les autorités de wilaya ont ainsi été interpellées une nouvelle fois par habitants de cette cité, qui sont unanimes à dire que les services de l’APC sont incapables de résoudre ce problème. «Nous viendrons faire des rassemblements devant le siège de la wilaya de manière pacifique autant de fois qu’il le faudra pour exiger qu’un accès conforme nous soit octroyé», menacent-ils.

Hafidh Bessaoudi