Accueil Sport L’US Sidi Ayad à la recherche d’un stade

Pré-honneur Béjaïa

L’US Sidi Ayad à la recherche d’un stade

129

Créée depuis deux ans, soit le 23 août 2017, l’US Sidi Ayad que préside Karim Talaighil a achevé l’exercice passé dans le groupe Pré-honneur de Béjaïa à la peu enviable 10e place, avec seulement 12 points de récoltés. Elle n’a, en effet, dépassé que le club du Littoral de Béjaïa, en l’occurrence l’ES Tizi-Wer, lequel a récolté 12 points mais avec une différence de buts désavantageuse, soit -24 contre -22 pour l’USSA. Aussi, depuis 2017, ce club participe aux Championnats des seniors, des juniors, cadets et minimes, que gère la Ligue de football de la wilaya de Béjaïa. Ce sera aussi le cas pour la nouvelle saison sportive 2019-2020.

«Depuis la création de ce club en 2017, on a participé avec les seniors, les U19, les U17 et les U15 et ce sera aussi le cas pour cette saison sportive», indiquent ses responsables. Par ailleurs, il est à signaler que ces derniers ne savent plus à quel saint se vouer, vu l’état lamentable dans lequel se trouve le stade communal, surtout en période hivernale, où il est gorgé d’eau. A cet effet, les responsables du club alertent l’opinion publique mais aussi les responsables locaux, sans oublier le chef de l’exécutif de la wilaya de Béjaïa. «Ceux qui disent qu’on est très bien à Sidi-Ayad se trompent énormément. Le stade municipal de la commune des moudjahidine est le lieu le plus fréquenté par les jeunes de Sidi-Ayad. Vous osez parler de conscience.

Vous aurez tous les jeunes perdus sur le dos. Vous êtes les responsables, on est les victimes. On a besoin de ce stade et nos jeunes aussi», affirment les dirigeants de l’US Sid-Ayad. Et de poursuivre : «Aujourd’hui, ce club est dans une situation difficile sur les plans financier et matériel. Pour le stade, où se déroulent les entraînements, nous n’avons reçu que de fausses promesses de la part des autorités locales. Pourtant, il est indispensable pour préparer nos différentes catégories, en prévision des rencontres de Championnat.

On ne sait même pas où recevoir nos adversaires, car le stade principal (communal) ne répond pas aux normes et se trouve dans une situation délicate.» C’est dire que les deux clubs de cette commune, à savoir l’US Sidi-Ayad et le CA Sidi-Ayad, pâtissent de cette situation, sans oublier ses habitants. A quand le bout du tunnel ? Ce ne sera peut-être pas pour demain mais une chose est sûre, les citoyens de Sidi-Ayad souffrent de l’absence d’aires de jeu et surtout d’un terrain principal, où s’adonner à leur sport favori.

M. R.