Tadarth à l’heure de Tafsut

Partager

Encore une fois, l’Association socioculturelle Tadarth Ivehlal (ASTI), dans la commune d’Aghbalou, s’est distinguée par ses activités multiples, marquant les différents événements.

En effet, après le Nouvel An berbère, Yennayer, qui coïncide avec le 12 janvier, l’Association vient d’organiser «Ammager n’tefsut» (L’entame du printemps). A cette occasion, elle a mis sur pied une panoplie d’activités ludiques et de divertissement, impliquant toutes les franges de la société. Ainsi, la procession humaine riche en couleur, qui s’est rassemblée à proximité du siège de l’ASTI, près de la mosquée du village, s’est ébranlée, en direction des hauteurs d’Ivehlal pour s’y installer dans un pré. La journée a été marquée par des chants lyriques kabyles, des Achouiq des femmes du village, accompagnées par des jeunes. Même la troupe des choristes de l’Association était de la partie dans une ambiance conviviale et ludique, tout en effectuant des offrandes, partage de bonbons, de gâteaux traditionnels et autres mets, pour accueillir le printemps. Preuve de l’attachement et du respect des villageois aux valeurs et traditions de la Kabylie. Un legs ancestral perpétué de père en fils et de mère en fille depuis la nuit des temps.

En tout cas, cette louable initiative a mis du baume au cœur des villageois. Il faut noter, en revanche, que l’ASTI n’est pas à sa première activité, car elle a déjà célébré Yennayer dans une bonne ambiance par des chants, de la poésie, des charades. A la fin de cette fête, des cadeaux symboliques ont été offerts aux personnes âgées. Outre cela, il y a quelques jours, l’Association a organisé une excursion à Aswel, au profit des enfants du village, notamment ses adhérents, sur les hauteurs du Djurdjura, du côté de Tikjda, où ils ont passé une belle journée, en plein air. Il est utile de souligner que beaucoup de volonté anime les jeunes adhérents de l’Association socioculturelle Tadarth Ivehlal pour faire sortir les jeunes de leur léthargie et combler le vide qui caractérise leurs journées.

M. A.

Partager