Par DDK | 24 Décembre 2012 | 647 lecture(s)

Bilek Hamid, cadre du HCA

«Le conte est, avant tout, oral»

 

La fixation de la culture orale par l’écriture « ne doit pas se faire au détriment de l’oralité, mais il faut qu’elle soit en complémentarité avec celle-ci », a indiqué, dimanche à Tizi Ouzou, Bilek Hamid, cadre au Haut-commissariat à l’amazighité (HCA). Prenant part à une table-ronde ayant pour thème « les contes populaires algériens : L’école de toutes les générations », organisée à la Maison de la culture Mouloud Mammeri, à l’occasion de la 5ème édition du salon Djurdjura du livre, M. Bilek a indiqué que le passage à l’écriture du conte aura pour objectif de « préserver ce patrimoine de la disparition, sans pour autant remplacer l’acte de raconter un conte ». La nécessité de sauvegarder, de collecter, de fixer et de promouvoir le conte, à travers les différents canaux traditionnels ou nouveaux, par le biais des nouvelles technologies de l’information et de la communication, devra se faire dans le respect du concept de la « complémentarité et de la continuité de l’oral et de l’écrit », explique-t-il. « Le conte est, avant tout, oral et il faut le préserver en tant que tel, ainsi que le rituel qui l’entoure, telles que les phrases annonçant le début et la fin de la narration, l’heure de la narration qui est généralement le soir, la position conteur/auditoire », a-t-il ajouté. Le conte permet d’éveiller l’intérêt de l’enfant aux valeurs universelles et permet « la rencontre du beau et de l’émotion esthétique ». Il demeure la forme d’art la plus accessible à l’enfant, ce qui fait de ce genre de littérature orale « la première école de toutes les générations », a-t-il estimé.

 

0