Accueil Évènement Une quarantaine de malades abandonnés à l’EHS Oued Aïssi

Tizi-Ouzou : Son directeur l’a indiqué hier lors d’un point de presse

Une quarantaine de malades abandonnés à l’EHS Oued Aïssi

3871

En plus de la surcharge, l’établissement spatialisé en psychiatrie (EHS) Fernane Hanafi de Oued Aïssi accuse un manque important en personnel médical. C’est ce qu’a révélé, hier, le directeur de l’établissement, Lounis Bounous, lors d’une conférence de presse organisée au sein de l’établissement.

Selon le directeur, l’hôpital psychiatrique, qui est à vocation régionale, reçois des malades locaux, mais aussi ceux arrivant des wilayas de Bouira, Béjaïa et Boumerdès. Mais n’ayant qu’une capacité d’accueil de 330 lits répartis sur 2 services, l’EHS affiche complet, voire surchargé.

Lounis Bounous a souligné qu’actuellement 340 malades sont admis au niveau de l’établissement. 55% des malades viennent de la wilaya de Béjaïa et 40% sont des malades de la région de Tizi-Ouzou, expliquera le directeur. Mais la vocation régionale de l’EHS Fernane Hanafi n’est pas seule cause du dépassement de la capacité d’accueil. Les longs séjours de certains malades au niveau de l’hôpital sont aussi pointés du doigt.

Selon le responsable, des malades, cas sociaux dans leur majorité sont complètement abandonnés, depuis des années. Bounous parle d’une quarantaine de personnes, dont trois (03) étrangers, qui sont hospitalisés au sein de l’établissement et dont les identités ne sont pas connues. Il ajoutera que les autorités ont été interpelées mais que la situation reste inchangée à ce jour. Des lits sont ainsi occupés alors que des malades en ont le plus grand besoin. Dans le même sillage, le directeur rappellera les activités de l’établissement au cours du premier semestre de l’année en cours. Il soulignera à cet effet que 11 394 consultations ont été enregistrées. Durant la même période, le nombre des urgences en psychiatries ont atteint 2 996.

En pédopsychiatrie, 1 383 consultations ont été faites. En psychologie, le nombre enregistré est de 1 496 pour les enfants et 1 774 pour les adultes. Par ailleurs, le directeur de l’EHS de Oued Aissi insistera sur le manque de personnel médical dont souffre son établissement. Ainsi, soulignera Lounis Bounous, et en plus du manque qui se fait sentir en pédopsychiatres et autres assistants sociaux, le personnel paramédical a besoin d’être renforcé en urgence. «40% du personnel paramédical est candidat à la retraite, si bien qu’on est obligé de renforcer avec des agents simples». «Pour les spécialistes, et ne pouvant laisser le manque de personnel impacter sur la qualité de service, nous faisons appel aux gardes payantes», ajoute le directeur.

Ce dernier a par ailleurs soutenu que malgré ces manques, des efforts sont accomplis afin de redorer le blason d’une structure «longtemps livrée à elle-même et aux groupes d’intérêt». Le responsable estime que «pendant des années, la structure a souffert de problèmes de gestion». Il rappelle à cet effet l’amélioration des conditions de séjour, notamment d’hygiène et de restauration, de la sécurité de l’équipement, de l’entretien des espaces, des conditions de travail du personnel, de l’information et de l’informatisation des services, en plus de la disponibilité des produits pharmaceutiques. «Ceci, entre autres points relatifs au suivi rigoureux des instructions ministérielles au sein de l’hôpital Fernane Hanafi», dira M. Bounous.

T. Ch.