Par DDK | 28 Aout 2018 | 1351 lecture(s)

ÉPIDÉMIE DE CHOLÉRA - Limani, wali de Bouira, fait le point

«Bouira n’est pas le foyer de départ !»

Le wali de Bouira, M. Mustapha Limani, a animé, hier matin, une conférence de presse au niveau du siège de la wilaya pour faire le point sur l’épidémie de choléra qui touche la wilaya depuis le début du mois en cours.

Une manière aussi pour les autorités de la wilaya de rassurer la population de la wilaya prise, ces dernières semaines, par une véritable panique en raison des risques de contagiosité que présente cette maladie. Ainsi et selon les déclarations du premier magistrat de la wilaya, seulement trois cas de choléra ont été confirmés suite aux analyses bactériologiques de l’institut Pasteur : «Nous avons reçu six cas au niveau de l’hôpital d’Aïn-Bessem.

Ces derniers sont issus de la même famille et établis à Raouraoua et Bir Ghbalou. Trois d’entre eux souffraient d’intoxication ayant provoqué des gastro-entérites aigües. Malheureusement, deux personnes sont décédées à la suite de complications. Quatre personnes ont été, par la suite, transférées à l’EHS d’El Kettar, où trois cas d’atteinte au choléra ont été confirmés, alors que le quatrième cas souffrait d’une autre maladie. Ces derniers ont tous reçu les soins nécessaires et ont déjà quitté l’hôpital», a affirmé M. Limani.

L’intervenant précisera également qu’aucun nouveau cas de choléra n’a été enregistré sur le territoire de la wilaya depuis le 13 août dernier. Il niera, également, les informations affirmant que le premier cas a été enregistré dans la wilaya de Bouira, en avançant que le premier patient a été infecté en dehors de la wilaya : «Nous cherchons toujours l’origine de cette maladie et pour l’instant, aucune thèse n’est confirmée. Tout un dispositif a été installé dès la confirmation de cette maladie, notamment au niveau des secteurs des ressources en eau, l’agriculture et la santé. L’eau potable desservie dans la wilaya de Bouira est contrôlée au moins deux fois par jour et ne présente aucun risque. En plus, les services de la direction des ressources en eau et de la direction de l’agriculture sont actuellement sur le terrain à la recherche de probables foyers de contamination», a-t-il aussi ajouté.

Le wali de Bouira, qui était accompagné dans cette conférence de presse des directeurs de la santé, des services agricoles et des ressources en eau, a également assuré que le dispositif sanitaire mise en place, pour luter contre la propagation de cette épidémie, est toujours en vigueur : «Le dispositif de lutte contre cette épidémie ne sera pas levé d’aussitôt. Malgré qu’aucun nouveau cas n’a été signalé pour l’instant, mais les services de la santé restent sur le qui-vive. Nous avons même renforcé les lieux d’isolement existant au niveau des hôpitaux», précisera-t-il.

Enfin, le wali a tenu à rassurer la population de la wilaya sur la potabilité de l’eau de robinet et aussi sur l’efficacité du dispositif sanitaire mis en place : «Ces derniers jours, il y a eu beaucoup de spéculation et de fausses informations. Une situation qui a créé une sorte de panique, voire de psychose, auprès de nos concitoyens. Je tiens, donc, à les rassurer car nous veillons sur la santé publique avec l’ensemble des moyens nécessaires», a-t-il aussi souligné.

Interrogé par nos soins sur la probable existence de cas de porteurs sains, notamment au niveau du foyer de Raouraoua, la directrice de la santé a assuré que pas moins de 120 personnes ont été déjà dépistées et les résultats étaient négatifs : «À l’heure actuelle, nous n’avons pas de porteurs sains. Nos équipes restent, cependant, mobilisées, notamment au niveau des hôpitaux, où nous isolons automatiquement tous patients suspects», a-t-elle précisé.

Oussama Khitouche

5.00