Huit travailleurs d’Electro-Industries en grève de la faim depuis hier

Partager

Huit travailleurs, candidats à l’élection du comité de participation de l’entreprise Electro- Industries (ex-ENEL) d’Azazga, dans la wilaya de Tizi Ouzou, ont entamé depuis hier, une grève de la faim pour contester les irrégularités ayant trait, selon eux, à la préparation de ce scrutin.

Dans la déclaration, signée par les travailleurs en question, ces derniers ont justifié leur action de recourir à la grève de la faim, disant que c’est pour “répondre aux menaces et au mépris affiché par la direction générale suite à notre requête et notre demande d’audience que le P-DG a catégoriquement refusée», lit-on dans une déclaration signée par les huit grévistes.

Dans la requête, transmise justement par les protestataires au P-DG de l’ex-ENEL dont nous détenons également une copie, les huit signataires n’ont pas omis de signaler, au premier responsable de l’entreprise, “les irrégularités ayant trait au scrutin pour le comité de participation”. Selon eux “l’écrasante majorité des personnes composant les commissions, de préparation et de surveillance, de ces élections, sont des éléments acquis au secrétaire général du syndicat, lui-même candidat à ces élections. En d’autres termes, il est tout simplement juge et partie”.

Pour eux “les membres de ces commissions n’ont pas été désignés par les travailleurs au moment de l’assemblée générale qui s’est tenue le 22 /09/2011”. Les protestataires affirment, dans la même requête, que “la désignation de la date des élections est trop rapprochée, alors que d’habitude un délai d’un mois leur est consacré après l’assemblée générale”.

Ceci avant de soulever les anomalies constatées dans les affiches de candidatures. “Les numéros d’ordre des candidats sur les affiches ne sont pas les mêmes que ceux portés sur le registre d’inscription des candidatures”.

Les travailleurs et candidats à l’élection du comité de participation d’Electro-Industries, ont conclu leur requête par une demande de report de la date du scrutin, ainsi que la révision de la composante des commissions de préparation et de surveillance dans le but, expliquent-ils, “de lever toutes ces réserves et permettre, ainsi, aux travailleurs de participer à des élections propres et transparentes, loin de toute pression”.

Rachida Selmani

Partager