L'anarchie maîtresse des lieux !

Partager

La ville de Draâ Ben Khedda ne semble pas se défaire de ses déchets et de son anarchie. Depuis des années, la ville qu’on appelle  » ville de la cigogne » s’embourbe de plus en plus dans une anarchie indescriptible. La station de fourgons desservant la ligne Draâ Ben Khedda – Tizi-Ouzou illustre cet état de fait. Sur une longueur d’environ cent mètres, presque la moitié n’est pas occupée par les fourgons. Cette partie est abandonnée et laissée à qui la veut. Et ce sont des marchands de fruits et légumes qui y stationnent étalant leurs produits. Cette situation ne date pas d’aujourd’hui. Au moment où les voyageurs arrivent et encombrent le trottoir, les fourgons sont stationnés, en face, sur un terrain vague, attendant le feu vert de l’organisateur, quelque peu dépassé au lieu de se mettre en position de départ à partir de l’abri bus juste à la fontaine publique Si El Hocine. La réorganisation de cette station est devenue nécessaire car, il serait malheureux qu’un espace aussi important soit non utilisé après avoir arraché ce site de la manière que tout un chacun sait. Le projet de la nouvelle station a été difficile à arracher par les autorités locales pour qu’il soit offert, sur un plateau d’argent, à des marchands exerçant illicitement. Les autorités locales ne devraient pas laisser faire. Au centre ville, un autre espace est carrément squatté par ceux qui gèrent les parkings sauvages. Il s’agit de l’abribus où les transporteurs des lignes en direction de Naciria, Boumerdès, Dellys, Rouïba… embarquent leurs voyageurs. Une partie de cet abribus est transformée en baraque et l’espace en parking payant.

Les minibus ont toutes les difficultés pour marquer leurs arrêts et permettre aux voyageurs de monter.

Arous Touil

Partager