Le procès de l’assassinat de Hand Slimana reporté

Partager

Le procès, prévu pour hier, des 13 personnes impliquées dans l’assassinat, le 10 novembre 2010, de l’entrepreneur Hand Slimana et du rapt de son cousin Omar, a finalement été reporté.

Ce report est dû au fait que l’un des accusés, en l’occurrence I. Sofiane, ait demandé un délai pour pouvoir avoir un nouvel avocat, après que celui qui le représentait initialement se soit désisté jeudi dernier. Il y avait foule, hier matin, dans la salle du tribunal de Tizi-Ouzou. Parmi les présents, beaucoup de citoyens sont venus du village de la famille Slimana. Alors que tout le monde attendait l’entame de la séance pour écouter d’éventuelles révélations quant à cette affaire, désormais appelée « affaire Slimana », l’annonce faisant état du renvoi de l’audience à une date ultérieure a été faite juste après l’entrée des accusés. Pour rappel, la bande de malfaiteurs incriminée, qui a semé pendant deux ans une grande terreur en Kabylie, en y installant un climat d’insécurité a été démantelée au mois de février dernier. Quatorze individus composaient cette bande de hors la loi, parmi lesquels 13 ont été arrêtés alors que l’un d’entre eux est en fuite. Lors d’un point de presse qu’il a animé le 16 février passé le Procureur général prés la cour de Tizi-Ouzou, Mohamed Tayeb Lazizi, avait fait le point sur les péripéties des événements qui ont précédé et suivi l’assassinat de Hand Slimana et le rapt de son cousin Omar. Pour le procureur, le démantèlement de ce groupe, qui se faisait passer pour des terroristes d’AQMI, a été rendu possible suite à une communication anonyme d’un citoyen qui avait informé la Gendarmerie nationale d’un accident de circulation survenu au village Sidi Mansour, dans la commune de Timizart. Le citoyen en question avait fait part de la présence de trois individus, à bord d’un véhicule de marque Golf qui avait percuté un poteau, qui ont quitté les lieux avec un sachet noir, laissant derrière eux le véhicule accidenté. L’enquête a permis, plus tard, d’identifier le propriétaire de la Golf qui s’est avéré par la suite, être un membre de la bande. Ce dernier a ensuite été arrêté en possession d’un pistolet automatique et d’une importante somme d’argent à Akbou, pour le chef d’inculpation de vol d’une Peugeot 406. De là et grâce aux renseignements fournis par les premiers membres arrêtés de la bande, sur lesquels ont été découverts deux téléphones portable, dont celui qui a été utilisé lors des négociations pour le payement d’une rançon, il a été procédé à l’identification des autres acteurs du réseau. Les 13 individus arrêtés, le quatorzième étant en fuite, comparaîtront, ainsi, devant le tribunal criminel de Tizi-Ouzou pour les chefs d’inculpation d’homicide volontaire et constitution de bande de malfaiteurs, de vol et rapt de citoyens à effet de demandes de rançons, menaces par armes à feu, port et commercialisation d’armes prohibées. Ils sont également accusés d’être les auteurs de plusieurs faux barrages, d’attaques de bars et de camions distributeurs de boissons alcoolisées, d’agressions de commerçants, de racket et de trafic de faux billets de banque.

Il est également à souligner que ces malfaiteurs agissaient et commettaient leurs méfaits en se faisant passer pour des terroristes islamistes, par le port de cagoules et d’accoutrements afghans, et qu’ils utilisaient, pour leurs déplacements, des véhicules loués auprès d’agences spécialisées.

R. Selmani

Partager