Ce que leur a accordé Ould Kablia

Partager

Suite à la marche des gardes communaux, qui a été réprimée, lundi dernier, le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales a rappelé les revendications satisfaites de ces protestataires. «Grâce aux passerelles de communication et d’écoute, ouvertes par le ministère de l’Intérieur, de nombreux résultats ont pu être obtenus, notamment en ce qui concerne la prime alimentaire et le régime indemnitaire», a indiqué le ministère dans un communiqué rendu public après la rencontre qui a regroupé le ministre de tutelle, Dahou Ould Kablia, et les représentants des éléments contestataires de la garde communale. Ces revendications satisfaites, selon la même source, ont trait à «la revalorisation de la prime alimentaire mensuelle, qui est passée de 3 000 DA à 4 200 DA, du régime indemnitaire, avec effet rétroactif à compter du 1er janvier 2008 qui a permis le relèvement de la prime de rendement de 20 à 30%, calculée sur le nouveau traitement, et de 10 % de plus de l’indemnité de risque et d’astreinte, qui a atteint les taux de 35, 40 et 45%, calculées également sur le nouveau traitement». «C’est ainsi que les éléments de la garde communale bénéficieront, grâce à ces revalorisations, d’un rappel pour la période du 1er janvier 2008 au 1er juillet 2011, date de mise en œuvre du nouveau régime indemnitaire, entraînant, de facto, la revalorisation des salaires de la période de référence servant pour le calcul des retraites proportionnelles exceptionnelles», a encore indiqué le communiqué du ministère de tutelle. Les rédacteurs de ce communiqué ont précisé qu’« il a été également question de la mise en œuvre d’un dispositif exceptionnel de retraites proportionnelles, suite à la promulgation du décret exécutif 11 354 du 5 octobre 2011. Un dispositif qui permettra la mise en position de retraite des agents cumulant quinze années de service au 31 décembre 2012, sans condition d’âge, avec rachat des droits par le Trésor public pour compenser la Caisse nationale des retraites (CNR) sur les années de cotisation manquante». Parmi les doléances satisfaites, figure «l’institution de l’indemnité spécifique d’invalidité pour les éléments de la garde communale souffrant d’invalidité suite à la promulgation du décret exécutif 11 353 du 5 octobre 2011», a ajouté le communiqué. Par ailleurs, et concernant le dossier d’ayants droit, des gardes communaux victimes du terrorisme, le ministère de l’Intérieur a exprimé à cet effet, « sa disponibilité pour régler tout, dans le cadre de la réglementation en vigueur».

L.O.CH

Partager