Protestation tous azimuts

Partager

Par M. O. Benmokhtar :

Le problème du manque d’eau potable fait toujours parler de lui en Kabylie. La pénurie est devenue insupportable, d’autant qu’elle intervient dans une saison exceptionnellement chaude. Plusieurs mouvements de protestations ont été enclenchés dans différentes communes de la région. Ainsi, après les habituels mouvements de blocage de routes et fermeture des sièges des administrations publiques, des villageois ont trouvé mieux pour manifester leur colère. Les habitants d’un quartier à Souk El Tenine dans la wilaya de Tizi-Ouzou ont opté eux, pour le boycott des factures de l’ADE, puisque, disent-ils, les robinets de leurs foyers sont secs depuis le mois de mai dernier. Ces habitants estiment qu’ils ont épuisé toutes les autres démarches de réclamation. Si c’est le cas, les services concernés sont vraiment à blâmer. Nonobstant les raisons de cette pénurie, le facteur temps donne raison à ces citoyens. 4 mois, est une période suffisante pour régler un problème de moindre envergure, d’autant que les moyens matériels existent. C’est en tous cas ce que les pouvoirs publics ont toujours soutenu dans la région. Il est vrai que des projets ont été réalisés en un laps de temps très réduit, mais après quoi ? Après des manifestations de rue. Un tas de problème ont été réglés, en effet, du jour au lendemain suite à des actions de rue, comme le blocage d’une route. Cela prouverait en fait, que les moyens de régler les problèmes existent. Où se situerait le problème donc ? Dans ce contexte, la responsabilité du pourrissement est facile à déterminer. Quoi qu’il en soit, force est de constater que les mouvements de protestation se banalisent en Kabylie. Il ne se passe plus un jour sans que l’on fasse état d’une action de rue là ou là à travers la région et ce pour différentes raisons. Le boycott des factures est apparemment un nouveau mode de protestation. Les habitants du quartier 12 logements de Souk El Tenine espèrent certainement que leur mouvement sera aussi efficace que les actions de rue.

M.O.B

Partager