Cinq étudiants blessés

Partager

Les étudiants de la wilaya de Béjaïa, qui ont organisé hier, une marche et deux assemblées générales, au niveau des deux campus de la ville, en vue de dénoncer l’insécurité à l’université ont été violemment attaqués par un groupe de « Baltaguistes », auteurs des derniers actes de vandalisme dans des résidences universitaires et les multiples fermetures de routes. Ils ont fait au moins cinq blessés parmi les marcheurs, apprend-on d’une source estudiantine. C’est une autre journée de violence qui vient donc de s’inscrire dans les annales de l’université de Béjaïa, après deux jours tumultueux, le dimanche et le lundi, marqués par des incendies et des saccages. Hier, ceux qu’on appelle désormais les « Baltaguistes » ou les « corrompus » à l’université de Béjaïa, ont franchi la ligne rouge, en tabassant des étudiants qui ont voulu briser la loi de l’ « omerta », imposée par le ce groupe depuis des années et « mettre fin à la corruption » à l’université de Béjaïa, a-t-on indiqué. Lors de cette attaque surprise, qui s’est produite lors de l’arrivée des marcheurs au niveau de la résidence universitaire Ireyahen, l’un des fiefs des « Baltagistes », deux étudiantes et trois étudiants ont été blessés à coups de barres de fer et de jets de pierres, a-t-on également indiqué. Les blessés ont été immédiatement évacués à l’hôpital par les services de la protection civile. Ce qui est à soulever pour le moment, c’est que la marche d’hier n’a apparemment pas pu construire le rapport de force qu’il fallait pour peser contre le groupe en question, maie elle a permis à l’ensemble des étudiants de se démarquer de ce dernier, qui, selon une déclaration émanant du collectif des étudiants, « accomplissent leur triste dessein au nom des 45 000 étudiants de Béjaïa ». Juste après la marche, qui n’a pas pu atteindre le siège de la wilaya où était initialement prévue une prise de parole, une assemblée générale était organisée au niveau du campus de Targua Ouzemmour. Par ailleurs, dans une déclaration, rendue publique juste après les actes de saccage, le bureau de la LADDH de Béjaïa, a vivement condamné les « agissements » des « Baltaguistes », exprimant aux étudiants sa solidarité.  De son côté le SNAPAP « invite les autorités, à tous les niveaux, à intervenir pour mettre fin aux agissements de ce groupe qui a instauré la peur au sein de l’université sans qu’on lui barre la route », a-t-il écrit dans sa déclaration-dénonciation, intitulée : « la situation est dangereuse ».            

M.H.Khodja

Partager