Pour une meilleure rentabilité de l’oléiculture

Partager

La 4ème édition de la fête de l’olivier, organisée par l’association culturelle ‘’Tigjdit’’, du village Aït Zaïm, sous le haut patronage du ministère de la Culture, de l’APW, de la direction de la culture et de l’APC de Maâtkas, a été clôturée, avant-hier samedi, en présence du P/APC, M. Khermouche Slimane, des membres de l’association organisatrice et de nombreux villageois. 

Cette manifestation qui avait commencé jeudi, a fait se rencontrer les oléiculteurs de la région et a attiré un large public. Beaucoup d’activités culturelles, scientifiques et artistiques ont été proposées aux visiteurs, dans une ambiance chaleureuse et festive. Ce fut également une occasion pour promouvoir les métiers traditionnels et les produits du terroir et sensibiliser à leur préservation. M. Zalouk Ali, le secrétaire général de l’association et responsable de l’animation dira à propos des objectifs escomptés par cette manifestation : « A travers cette fête, nous souhaitions sensibiliser le plus de monde possible sur l’importance de l’oléiculture et ses retombées économiques sur notre région. Nous souhaitons aussi améliorer la qualité de l’huile d’olive locale et faire participer l’ensemble des acteurs intervenant dans ce domaine pour une meilleure rentabilisation. Nous profitons de l’occasion pour appeler les autorités et services concernés à nous aider pour le bien de notre région à vocation oléicole ». Pour sa part le P/APC de Maatkas indiquera : « Nous tenons d’abord à féliciter l’association et le village Aït Zaim pour avoir organisé cette manifestation qui a eu le mérite de réunir l’ensemble des oléiculteurs. Je voudrais inviter l’ensemble des acteurs à rompre avec le folklore et passer à l’action. Sachant que notre commune est à vocation oléicole, puisque 80% de son territoire est planté d’oliveraies, nous devons donc mettre tous les mécanismes en route, pour développer l’activité oléicole sans oublier les autres activités artisanales et les métiers traditionnels. Nous avons déjà créé lors des journées portes ouvertes sur l’apprentissage organisées avec le CFPA, une section de poterie. De toutes les manières notre APC est déterminée à aller de l’avant pour préserver et promouvoir les arts et métiers traditionnels et de là relancer le développement de notre commune ».

La fête de l’olivier de A à Z

En plus d’expositions, ayant proposé de l’huile d’olive, le matériel agricole, des objets de poterie, des robes traditionnelles, des bijoux, des plantes médicinales et différents plats de cuisine, les organisateurs ont programmé 5 conférences thématiques, animées par des spécialistes. Au premier jour de la manifestation, M. Bengana de l’université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou a bordé les différents facteurs agissant sur la qualité de l’huile d’olive. Au deuxième jour, vendredi, M. Kheloufi de l’ITAFV (institut technique de l’arboriculture fruitière et vigne), s’est pour sa part penché sur la gestion d’une oliveraie. Au dernier jour, ce sont 3 conférences qui ont été animées. La première se rapportait à la stratégie de lutte contre les insectes ravageurs de l’olivier, elle a été assurée par M. Kelouche de l’université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou. La deuxième a traité des maladies de l’olivier et des méthodes de lutte, une conférence animée par Mme Hasnaoui Naima qui est ingénieur d’état à la station régionale de la protection des végétaux de Draâ Ben Khedda. La 3ème a été assurée, conjointement, par M. Kouraba Karim de la DSA de Tizi-Ouzou et M. Ziani de la subdivision agricole de la daïra de Maâtkas. Il y avait au menu également des ateliers agricoles et des sorties dans différentes oliveraies et plantations. Les visiteurs s’y sont entre autres familiarisés avec différentes méthodes de greffage, expliquées par M. Foudhil Salhi, un pépiniériste venu spécialement de  l’institut agricole de Boumerdès. Signalons que les organisateurs de cette 4ème édition de la fête de l’olivier ont bénéficié de subventions importantes. L’APW leur a par exemple attribué un montant d’un million de dinars. « Nous remercions l’APW de Tizi-Ouzou qui nous a été d’une grande aide, notamment financière. La direction de la culture et l’APC de Maâtkas sont également à remercier pour leur précieux soutien. Nous tenons également à remercier M. Akouche, un oléiculteur de Maâtkas, pour toute l’aide qu’il nous a apportée », dira le secrétaire général de l’association Tigjdit.

Animations culturelles et artistiques

En plus de la troupe traditionnelle d’idhebalen, qui a assuré une ambiance de tonnerre, notamment à la cérémonie officielle d’ouverture, la chorale et la troupe de danse de l’association Tigjdit ont eux aussi subjugué les présents par des interprétations et des représentations impressionnantes. Dans la soirée du premier jour, ce sont 2 pièces théâtrales qui ont été interprétées par les associations culturelles d’Aït Ghoubri et la coopérative d’Imsouhal ‘’Ifehchouchene N Djerdjer’’. La première a traité des conflits entre les générations et la seconde une représentation intitulée « Mesmar Djeha ». Au 2ème jour, un défilé de mode a été exécuté par les jeunes filles de l’association organisatrice. Une autre pièce théâtrale a été interprétée par la troupe de Tigjdit, elle traitait des problèmes de couples. Puis, un gala artistique a été animé par les chanteurs Mahmoudi Yacine, Celiani Farid et le jeune chanteur prodige de Maâtkas Ahcene N’Ath Zaim qui a bien animé la scène. Les comédiens de la troupe « Lewhama » de Béjaïa ont assuré un spectacle comique qui a amusé le public présent. L’animation s’est poursuivie jusque tard dans la nuit. Le gala de clôture a vu la participation de chanteurs locaux, à savoir Saïd Amini, Si Hamdi et surtout Lani Rabah. Il y eut également du théâtre et de Poésie. Rappelons enfin que des diplômes d’honneur et de participation ont été distribués aux exposants, aux conférenciers et à tous les participants. Quant à nous, nous dirons simplement bravo aux jeunes de l’association culturelle Tigjdit d’Aït Zaïm.        

Hocine T

Partager