Un centre d’accueil pour les travailleurs de l’éducation

Partager

C’est dans une ambiance de joie et un sentiment de grande fierté que la famille éducative, dans la wilaya de Bejaia, a inauguré jeudi dernier, un centre d’accueil et de repos, réalisé au centre-ville de Bejaia, au profit des travailleurs de l’Education nationale, dans le cadre des œuvres sociales. « C’est le fruit de la réforme opérée dernièrement, concernant le transfert de la gestion des œuvres sociales des mains de l’UGTA à des gestionnaires élus de manière très démocratique dans toutes les wilayas du pays », a déclaré d’emblée M. Kadri, S/G de l’UNPEF à Bejaia. Pour rappel, les enseignants qui se plaignaient du gel des œuvres sociales depuis plusieurs années et déploraient le fait que des sommes se chiffrant en milliards de dinars sont  restées inutilisées dans les caisses, ont maintenant accès à cet argent après une longue bataille menée à coup de grèves et de revendications ininterrompues. L’inauguration de ce centre, d’une contenance de 41 lits, répartis sur 21 chambres et trois suites, et renfermant une médiathèque de 30 places, un foyer doté d’une cafétéria et d’un fast-food, ainsi qu’une salle de conférences de 50 sièges, s’est déroulée en présence du Wali de Bejaia, du P/APW, du directeur de l’Académie, des syndicats de l’éducation ainsi  que des représentants des commissions de gestion des œuvres sociales de plusieurs wilayas. « Je viens de visiter ce centre, il est vraiment magnifique et bien équipé. Je pense qu’il est plus beau que certains hôtels de la région », s’est réjoui Allouache, un enseignant de mathématiques au lycée Route de Sétif, que nous avons rencontré sur place. Pour rappel, ce projet a été lancé au départ, en 2002, avant d’être abandonné pour plusieurs raisons. « Les travaux de réalisation de ce centre d’accueil et de repos ont été lancés en 2002, avant qu’ils soient interrompus suite à des conflits entre les parties qui géraient ce dossier à l’époque. Ce bâtiment a été acquis en carcasse au prix de 3,9 milliards. Il a fallu attendre l’an 2011, après la récupération de la gestion des œuvres sociales des mains de l’UGTA, pour que les travaux soient enfin relancés. L’inauguration de ce centre, aujourd’hui, est un rêve qui s’est concrétisé », a indiqué pour sa part, Lasla Abdelhamid, président de la commission de wilaya des œuvres sociales des travailleurs de l’éducation.  L’inauguration de ce centre d’accueil et de repos, qui profitera, faut-il le souligner, à toute la famille éducative au niveau national n’est qu’un début, affirmera M. Lasla. « Nous avons plusieurs autres projets à réaliser avec l’argent des œuvres sociales au bénéfice des travailleurs de l’éducation et de leur famille. C’est fini l’esprit de rente. Nos principes dans la gestion des œuvres sociales sont l’équité la solidarité et la transparence », a-t-on indiqué. Parmi les projets soumis à la commission nationale de la gestion des œuvres sociales par la commission de wilaya, notre interlocuteur citera « la réalisation d’un complexe touristique au niveau de la région côtière de  Béni Ksila, et la rénovation et l’équipement d’un centre médical social au chef-lieu de wilaya ». Notons par ailleurs que cinq conventions ont été déjà signées par la commission de wilaya des œuvres sociales avec des cliniques privées pour la prise en charge médicale  des travailleurs de l’éducation. « Ces conventions permettront aux travailleurs de l’éducation de se soigner à des prix moins prohibitifs. En effet, ils ne payeront que 40% des frais de soins. Les 60 % restants seront couverts par les œuvres sociales », a-t-on expliqué.  

Boualem Slimani 

Partager