Trois structures culturelles vouées à la fermeture !

Partager

Le désert culturel continue son « avancée » dans la commune d’Aït R’zine, aidé dans son mouvement imparable par cet incroyable sort réservé à pas moins de trois structures dédiées à la masse juvénile de la localité. Les portes de ces établissements culturels se trouvent toujours fermées, malgré leur parachèvement il y a un bon bout de temps. Il s’agit du centre culturel, de la bibliothèque communale et de la maison de jeunes. Ainsi, les jeunes de cette municipalité regardent ces structures de loisir sans pour autant pouvoir en jouir, eux qui se trouvent « happés » par le désœuvrement et l’oisiveté. « Je me demande à quoi servent tous ces édifices flambant neufs qui n’ouvrent jamais leurs portes? » se demande un jeune de Guendouz. Les raisons de cette situation, peu commune, sont diverses, mais convergent, malheureusement, vers un seul point négatif qui est la non-exploitation. A l’APC d’Aït R’zine, l’on évoque une multitude de raisons pour expliquer cette « incurie ». Si l’on commence par le centre culturel, qui, bien évidemment, est encore fermé mais ouvre pour la célébration des différentes journées nationales et mondiales, celui-ci se heurte toujours à ce problème de l’absence du personnel, malgré sa réception qui date de 2001! « L’APC n’a pas les moyens pour faire fonctionner ce centre! » nous dit une source de cette assemblée. Quant à la bibliothèque communale, malgré le fait que tout le matériel nécessaire pour son bon fonctionnement se trouve à l’intérieur, il manque toujours l’encadrement spécialisé comme les bibliothécaires, les archivistes, les animateurs et autres pour son exploitation! Et enfin, la maison de jeunes, considérée comme le plus bel édifice jamais construit à Aït R’zine de part sa coquette architecture, demeure toujours fermée pour aussi manque du personnel spécialisé. « Mais qu’attend la direction de la culture pour ouvrir ces structures ? Nous en avons marre de les voir fermées, alors qu’elles nous reviennent de droit! » fulmine un jeune de Wizrane.

Syphax Y.

Partager