Pagaille à Tizi-Ouzou

Partager

La ville de Tizi-Ouzou a été paralysée hier suite à la fermeture de la RN12, dans les deux sens, au niveau de la Rocade sud et au niveau de Oued Aïssi, à proximité de la cité universitaire de jeunes filles, durant toute la journée par des transporteurs universitaires et urbains privés.

Ces derniers dénoncent l’attribution du marché du transport universitaire à des opérateurs étrangers à la région. Les protestataires exigent « l’annulation pure et simple » de ce marché estimant qu’il ne devait en aucun cas revenir à des « étrangers à la région », nous ont-ils indiqué sur place. En effet, par cette action commune, les transporteurs de voyageurs urbains et les transporteurs universitaire ont voulu crier leur mécontentement par une action d’envergure qui a vu la fermeture de la RN12 à la circulation au niveau de la rocade sud par des centaines de bus assurant la liaison entre les stations intermédiaires, la gare de Bouhinoun et le chef-lieu de la wilaya, stationnés en file indienne tout le long de la voie rapide de la rocade sud, à proximité de la gare de Bouhinoun et au niveau de Oued Aïssi à proximité de la cité universitaire de jeunes filles. « Pris au piège » est le terme le plus adéquat pour définir le calvaire des voyageurs durant toute la journée d’hier, ne sachant pas si ils devaient avancer à pied sur des kilomètres ou rebrousser chemin et rentrer chez eux! Pour beaucoup, et ils étaient des milliers de personnes, le choix était vite fait : marche à pied sur des kilomètres pour rejoindre leurs postes de travail au chef-lieu de la wilaya vaille que vaille. Les étudiants venus des différentes localités ont également marché de Oued Aïssi en direction des campus Hasnaoua ou Bastos et pour ceux venus des autres wilayas, ils firent le même choix celui de marcher des kilomètres pour rejoindre la passerelle qui les conduit vers la nouvelle ville pour rejoindre les campus ou cités universitaire. Les personnes âgées et les malades ont été les plus à plaindre car ne pouvant pas marcher ils durent  retourner chez eux sans tenter quoi que ce soit!  

Les protestataires quant à eux étaient rassemblés devant leurs bus à proximité de la gare de Bouhinoun ou à Oued Aïssi, l’un d’eux fustigera : « Tahkout Mahiedine a eu droit à une centaine de bus de transport d’étudiants et 05 mini bus pour le transport des médecins au sanatorium et il n’est même pas de la région! ». L’un des représentants des transporteurs urbains privés nous dira que » la décision d’attribution de ce marché à ces opérateurs doit impérativement être annulée car elle met en péril notre avenir, avec le temps ils nourriront de plus grandes ambitions et voudront se rabattre sur le marché urbain et c’est pour cette raison que nous sommes solidaires avec les transporteurs universitaires privés ». Les délégués des transporteurs ont été reçus dans la matinée par le premier responsable de la wilaya pour tenter de trouver un terrain d’entente, l’un d’eux nous rapportera les dires du wali suite à cette entrevue : « Le wali nous a dit qu’il ne peut pas piétiner les règles de la République et que du moment que cet opérateur a soumissionné et que le marché lui a été attribué il est dans son droit et le marché ne peut en aucun cas être annulé… ». Suite à cette audience, une réunion s’est tenue, dans l’après-midi, avec tous les transporteurs pour débattre et décider des suites à donner à cette action.

 Karima Talis

Partager