De nombreux villageois bloquent la mairie

Partager

«C’est une honte, nos maisons risquent d’être envahies par les eaux usées ». C’est entre autres ce que criaient de nombreux habitants du quartier Sidi Slimane, à Beni-Amrane, 20 kms à l’Est de Boumerdès, revenus à la charge hier pour réclamer, notamment, l’amélioration de leur cadre de vie et une meilleure prise en charge des eaux usées. Après un délai qu’ils ont accordé aux responsables locaux pour la prise en charge de leurs doléances, ont-ils expliqué ces citoyens ont organisé un sit-in devant la mairie. Au cours des heures, leur colère s’est exacerbée et ils procédèrent à la fermeture du service de l’état civil, empêchant les usagers de se faire délivrer le moindre document administratif. S’en suivit un moment d’anarchie, où un groupe de protestataires réclama carrément le départ du P/APC à qui ils reprochent de n’avoir pas tenu sa promesse de régler leur problème durant le délai accordé. « Qui peut vivre dans ce quartier de Sidi Slimane, où on est encore contraint de constamment déboucher sa fosse septique et autre rigole de fortune », s’indignait les protestataires, déplorant, dans la foulée, le mauvais état de nombreuses ruelles de leur quartier. Un de leurs représentants dira : « Les autorités locales se sont révélées incapables de convaincre l’entrepreneur en charge du projet de réaménagement de reprendre les travaux. Ceux-ci sont toujours à l’arrêt et notre cadre de vie se détériore de plus en plus ». Inscrit en PCD, il y a plus de deux ans, avec un montant de neuf milliards de centimes, ce projet a donc à peine été entamé. Ce qui suscite l’inquiétude, la colère et l’indignation des habitants de ce quartier de Beni-Amrane. Les protestataires poursuivaient encore leur mobilisation devant la mairie, en début d’après-midi, attendant l’intervention des responsables de la daïra ou de wilaya pour l’amorce d’une solution à leur calvaire.Signalons enfin que, dans la matinée de la même journée d’hier, des  représentants du douar de Beni-Arab, relevant de Thenia, se sont rassemblés, eux, devant le siège de la wilaya, protestant contre la mauvaise qualité des travaux de revêtement du tronçon de route qui relie leur agglomération au chef-lieu communal. 

                                 

 Salim Haddou

Partager