Une piscine de proximité à Akbou !

Partager

En plus de l’inauguration d’une maison de jeunes à Chellata, le wali de Béjaïa, Hamou Ahmed Touhami, a procédé hier matin, à l’inauguration d’une piscine de proximité dans la commune d’Akbou, a-t-on constaté sur les lieux. Jusque-là Akbou ne disposait pas d’une piscine, mais aussi d’autres infrastructures sportives. La réalisation et la réception de ce  « bijou » implanté au sein du complexe sportif (OPOD) de Guendouza a réjoui l’ensemble des habitants. « J’ai inscrit mes deux filles pour apprendre la natation et je suis très content », se réjouit un parent de deux filles, présent lors de la cérémonie. Accompagné par le chef de la daïra d’Akbou, M. Si Nacer Derradji, et le vice-P/APC d’Akbou, chargé du social, M. Iskounène, le premier magistrat de la wilaya a également posé la première pierre pour la réalisation d’une auberge de 50 lits. Le projet, dont le délai de réalisation est arrêté pour une durée de 16 mois, comblera le manque en ce genre d’infrastructure pour l’ensemble de la région. « La ville du piton toute entière ne dispose d’aucune auberge. Nous rencontrons, par conséquent, d’énormes difficultés pour héberger nos hôtes délégations », commentera un acteur d’une association locale. Par ailleurs, l’ODS de l’auberge projetée est lancée le 15 mars dernier. Elle s’étendra sur une superficie dépassant les 8 000 m² dont 1 200 m² à bâtir. Concernant la piscine inaugurée, elle est classée, apprend-on, de « proximité » vu sa longueur. De ce fait, certains encadreurs sportifs regrettent que la piscine ne soit même pas « semi olympique ». « La longueur de son bassin est de 20 mètres alors qu’une piscine semi olympique est de 25 mètres de longueur, et une commune comme Akbou en a fortement besoin », relève-t-on. Le défaut « inouï » enregistré sur le volet de l’infrastructure sportive est « très remarquable » au niveau de la capitale de la Soummam. En effet, pratiquement, la commune d’Akbou, et à l’état actuel, ne dispose pas d’une infrastructure appropriée. Le projet d’extension et de modernisation du stade communal des martyrs, celui de la réalisation de la  salle omnisport (ex-voute) et la piscine communale tardent à voir le jour. Selon notre interlocuteur, ces projets sont inscrits depuis des années mais ils traînent toujours. Ainsi, les dizaines de clubs et d’associations sportives qui activent dans la région souffrent le martyre pour décrocher un horaire créneau pour leurs entraînements ou recevoir leurs hôtes pendant les compétitions. Le wali de Béjaïa a, par ailleurs, procédé durant la même journée à l’inauguration de deux complexes sportifs de proximité l’un réalisé dans la commune de Tamokra et l’autre à Tifra. 

Menad Chalal    

Partager