émeutes au quartier des 140 logements

Partager

La tension est montée d’un cran, dans la soirée d’avant-hier lundi, au quartier des 140 logements du centre-ville de Bouira, entre des habitants de cette cité populaire et les éléments de la police anti-émeute.

En effet, c’est suite à une action de protestation des riverains, que la situation a dégénéré. Ces derniers, qui ont exprimé leur refus pour l’implantation d’un marché public à proximité de leurs bâtiments, ont essayé durant la même soirée, d’arrêter les travaux de réalisation et de chasser les ouvriers qui étaient sur les lieux. Peu après cette action, un important dispositif de sécurité composé de plusieurs dizaines de policiers anti-émeute ont été dépêchés sur les lieux dans l’objectif de relancer les travaux, bloqués par les riverains. De violentes émeutes ont éclaté juste après, entre des jeunes riverains de ce quartier, qui ont arrosé les policiers de pierres et de divers objets, tout en bloquant la principale route de leur quartier. Les policiers ont vite riposté en dispersant les manifestants. D’après les témoignages de certains riverains, au moins neuf personnes ont été interpellées par les policiers lors de cette opération. Hier et lors de notre passage sur les lieux, la tension était toujours palpable. Les travaux de réalisation du marché étaient à l’arrêt et des policiers en tenues, étaient toujours sur les lieux. Les riverains que nous avons interrogés, ont affirmé que les neufs jeunes interpellés, n’ont pas encore été relâchés. «Ils ont passé la nuit au commissariat et seront présentés aujourd’hui (hier, ndlr) devant le procureur de la République», nous dira l’un des habitants. D’après notre interlocuteur, au moins deux mineurs figurent parmi les interpellés. «Deux jeunes de moins de 19 ans ont été interpellés hier, ce sont des lycéens et leurs parents s’inquiètent sérieusement. Nous réclamons la libération de l’ensemble des jeunes interpellés, car ils n’ont fait que revendiquer leur droit, celui de vivre dans un milieu sain. Nous réclamons aussi l’annulation de ce projet, inutile. Le remplacer par d’autres projets d’utilité pour les riverains serait souhaitable». À noter, pour rappel, que les habitants ont exprimé depuis le mois de novembre dernier, leur opposition au projet d’implantation d’un marché à côté de leur cité. Ces derniers ont déjà adressé une requête au wali de Bouira, où ils ont motivé leur décision. D’après eux, le site sélectionné pour l’implantation du marché est inadéquat, car il est très proche des immeubles du quartier. Toujours d’après ces derniers, le site en question servait déjà d’espace vert, avant que cet espace ne disparaisse par les effets du temps et de la dégradation. «Au début des années 2000, ce lieu était un petit jardin où les enfants et les familles se retrouvaient pour jouer. Aujourd’hui, en 2016, et au lieu de réaménager cet espace et de le moderniser, on tente de le supprimer et d’y implanter un marché qui sera une source de dérangement et d’insalubrité pour nous !», affirment ces derniers.

O. K.

Partager