Ils ont dit

Partager

Le chanteur Idir

«Mammeri a fait plus que son devoir, c’est à nous tous de continuer son combat»

«Dda El Mulud, n’est pas seulement un homme de lettre, un historien, un anthropologue, un écrivain et un poète, mais il est tout ça à la fois, c’est une configuration de tous les hommes. Il a eu le mérité et le grand courage de tirer tamazight de l’oubli. Son œuvre est gravée dans les mentalités et les mémoires. Ce grand homme ne nous a pas seulement donné des Isefra, des textes, du vocabulaire, des histoires, il nous a aussi légué une grammaire pour nous remettre sur les rails, et maintenant c’est à nous tous de travailler pour donner à notre culture et à notre langue une dimension universelle comme il l’a souhaité de son vivant. J’ai fait le déplacement pour lui rendre un grand hommage car il mérite tous les égards et tous les hommages du monde».

Lounis Aït Menguellet

«Dda LMulud est un model unique»

«Dda LMulud est un model unique en son genre, c’est le plus grand monument de notre culture. J’ai eu de la chance de l’avoir connu. Il venait toujours assister à mes galas et il venait aussi chez moi. Dda El Mulud était un homme tellement instruit qu’il a toujours été modeste, comme c’est le cas des grands penseurs de ce monde. Il ne prétendait jamais tout connaître. Il fouinait toujours et cherchait toujours à savoir, à connaitre et à apprendre et comprendre davantage. Le doué qu’il était respectait toujours ses interlocuteurs. Avant de disparaître, il était venu me demander de laisser Tassadit Yacine traduire mes chansons, j’ai tout de suite répondu que c’était à lui de décider. Une semaine plus tard, Dda LMulud disparaissait et le livre est sorti sans qu’il ait l’occasion de le corriger. Dda El Mulud mérite vraiment qu’on parle de lui tous les jours et partout».

N’Aït Si Kaméra, présidente du congrès mondial Amazigh

«Dda El Mulud, c’est le porte-drapeau de l’amazighité»

«Mouloud Mammeri, que Dieu ait son âme, est le porte-drapeau de l’amazighité et du peuple Amazigh. C’est l’Himalaya de Tamazgha. Il a été au fin fond de Tamazgha pour chercher tamazight qu’il a partagé avec nous tous. Au Rif du Maroc, à Tanezrouft (le sud Algérien)chez les Targuis, chez les Chaouias, en Kabylie et un peu partout dans la bérbérie, il a tissé des liens profonds entre les Amazighs. Dda LMulud, c’est le combat de tous les jours, c’est la marche en tamazight pour les Amazigh. Nous sommes plus que jamais interpellés en tant que militants pour poursuivre son combat et porter l’héritage qu’il nous a légué contre les ennemis de Tamazgha et de Tamazight».

Propos recueillis par Hocine Taib

Partager