Bouteflika donne le coup d’envoi

Partager

Eu égard aux impressions exprimées hier par les exposants étrangers devant le président de la République, qui a procédé à son inauguration, la 38e Foire internationale d’Alger qui a ouvert ses portes jeudi dernier, sera, sans aucun doute, sanctionnée par un nombre important de contrats de partenariat. Le nombre de participants, qui, pour le moins que l’on puisse dire, a battu le record comparativement aux précédentes éditions, renseigne également sur la volonté des étrangers de venir investir dans notre pays et surtout sur l’intérêt que portent ces derniers au marché national, qualifié, par la plupart, de juteux. Pas moins de 42 pays sont représentés dans cette foire qui se tient cette année sous le signe de « Modernisation et compétitivité ». Les entreprises étrangères, venues en force prendre part à cet événement purement économique, sont au nombre de 1018.A celles-là s’ajoutent les 42 firmes qui participent à titre individuel. Un taux de participation qui est loin d’être négligeable, si on se réfère aux déclarations de Rachid Gasmi, directeur général de la Safex. Investissements : “Les Hauts-Plateaux, une région prometteuse”Le Président de la République, accompagné de membres du gouvernement, a exhorté les opérateurs étrangers à venir faire des affaires dans notre pays et plus spécialement dans les Hauts-Plateaux. M. Bouteflika a souligné que « désormais, il faut orienter les investissements vers les Hauts-Plateaux ». Car, ajoutera-t-il : « La zone côtière est saturée et elle n’a plus rien à offrir ». Le Président, qui a choisi les pavillons des exposants étrangers pour donner le coup de starter, et plus exactement celui occupé par les Suisses, a réaffirmé sa volonté de développer et de booster le partenariat avec les étrangers, notamment dans les domaines de l’équipement, de l’industrie, du bâtiment et des travaux publics et également dans la filière des infrastructures routières et ferroviaires. Certaines entreprises ont, de leur côté, exposé leurs préoccupations. La société Van Hool, à titre d’exemple, a souligné les problèmes administratifs auxquels elle fait face. Selon cette entreprise, le problème n’est pas lié au manque de finances ou à la gestion, mais aux complications administratives. Il y a lieu de souligner que cette entreprise belge a déjà signé un contrat d’approvisionnement de 300 bus au profit de l’ETUSA et de certaines entreprises algériennes de transport situées à Oran, Constantine et Annaba, avec des crédits concessionnels. Un des opérateurs allemands qui occupent une superficie importante, soit 3 256 m2, se plaçant ainsi 10e après les Français qui  » logent  » sur un parterre qui s’étale sur 6 400 m2, se dit intéressé par le marché d’installation du réseau de signalisation du métro d’Alger. Une entreprise marocaine envisage de créer un pôle touristique au niveau des frontières algéro-marocaines. Tout au long de sa tournée, effectuée dans les différents pavillons, le président de la République a enregistré une panoplie de propositions d’investissement exprimées de part et d’autre. De son côté, il s’est engagé à mettre en place tous les mécanismes adéquats à même de faciliter et d’encourager le renforcement de l’investissement étranger en Algérie. « L’Algérie a besoin de vous. Nous vous faciliterons la tâche. De votre côté, il faut que vous aimiez l’Algérie avec ses qualités et ses défauts », dira-il de surcroît.

Le Maroc en force à la FIALa participation du Maroc mérite vraiment d’être signalée. Après une absence qui a duré près de 24 ans, les opérateurs marocains reviennent en masse avec 32 entreprises. L’espace occupé par ces derniers, soit 1 200 m2 est significatif en le comparant à ceux attribués aux autres pays arabes participants, tels que l’Egypte, la Jordanie, la Syrie et la Palestine. Le passage de Bouteflika au pavillon marocain est loin de passer inaperçu. Il y est resté un bon moment avant qu’il ne passe à un autre pavillon. Les Marocains ont profité de cette occasion pour prendre des photos avec le président algérien et lui offrir un bijou de marque qui date de plus de 105 ans. Avant de mettre un terme à sa visite, le président de la République s’est dirigé vers les espaces réservés aux artisans algériens. A ce niveau, M. Bouteflika a incité ces derniers a fournir plus d’efforts pour « une meilleure qualité » tout en leur assurant l’assistance de l’Etat. Il y a lieu de signaler que la participation des entreprises nationales n’est pas des moindres. Elles sont au nombre de 536 à prendre part à cette foire qui baissera rideau le 9 juin.

Wassila Ould Hamouda

Partager