Les travailleurs de Digromed protestent

Partager

Le personnel de l’entreprise Digromed a organisé une journée de protestation, hier, à Alger. Près de 1 100 travailleurs à l’échelle nationale, ont protesté, et ce, suite au mécontentement dénonçant leur malvie, et demandant le paiement de leurs arriérés et de leurs salaires. Par cette journée de protestation, les employés ont dénoncé la  » hogra et leurs pitoyables conditions de travail dont la mauvaise gestion de l’entreprise et l’absence d’électricité.  » Pour rappel, l’ensemble des travailleurs a déjà observé une journée de protestation le 9 décembre 2007, mais, tous les engagements pris par l’employeur en présence du propriétaire  » la Gephac  » sont restés  » lettre morte  » et  » aucun écho, aucune promesse relative au règlement des salaires, ou des arriérés de paiements qui devaient être réglées, n’a été tenue « , dira Habib Beray, représentant des travailleurs. Depuis sept mois, un document de protocole d’accord a été transmis à la Gephac pour approbation, c’est  » le black out total « , ajoute-t-il.

Ce protocole a été finalisé après de longues négociations avec la Gephac, qui préconise des solutions provisoires ou un recouvrement des créances détenues sur des entreprises apparentées au même portefeuille géré par Gephac. Par ailleurs, ce recouvrement n’a pas répondu aux besoins financiers de l’entreprise puisqu’une partie infime a été débloquée.

En ce qui concerne la privatisation de l’entreprise Digromed, les travailleurs adhérent totalement à ce projet, ils affirment  » Nous trouvons tout à fait normal que les pouvoirs publics tiennent à valoriser et tirer un grand profit de la vente des entreprises publiques.  » Néanmoins, les travailleurs ont exigé en contrepartie, que  » leurs droits fondamentaux soient préservés comme le stipule la loi relative à la privatisation des EPE.  »

D’autre part, un employé a affirmé  » nous refusons que l’employeur mine le parcours des travailleurs de certaines unités intéressés par la reprise de leurs unités. « 

Pour finir, les travailleurs demandent le paiement des salaires, l’application immédiate du protocole d’accord. En outre, ils sollicitent un éclaircissement sur le projet de la privatisation de leur entreprise de même que la reprise par les salariés, intéressés, de leurs unités.

L. O.

Partager