Amizour rend hommage à Abdelhamid Mahdi

Partager

A l’occasion de la célébration de la fête du 1er-Novembre, un hommage vibrant sera rendu aujourd’hui à l’aspirant Abdelhamid Mahdi, qui fut un fidèle garde du corps du colonel Amirouche, au Centre culturel d’Amizour. Cette louable action qui durera trois jours, a été initiée par les proches de ce héros en collaboration avec l’Organisation nationale des Moudjahidine (ONM) et l’APC. En effet, ce héros de la Révolution algérienne, frappé par l’oubli qui accapare la mémoire collective, mérite, pourtant, plus de reconnaissance et d’hommages par les autorités locales, mais la reconnaissance lui est venue aujourd’hui par ses proches. La cérémonie sera inaugurée par le dépôt d’une gerbe de fleurs sur sa tomba qui se trouve à son village natal, Ihayounen. Par la suite, une conférence de presse sera animée à la salle de cinéma d’Amizour, une conférence-débat qui sera animée par des historiens et par les membres de sa famille. Enfin, une exposition de photos sera organisée à la coure de centre culturel pour faire connaître aux visiteurs Abdelhamid, qu’ils l’ignorent sûrement.

Ce génie de son époque est né en 1936 à Azrou N’béchar dans la localité d’Amizour (dans la wilaya de Béjaïa), d’où son nom de guerre de Hamid Azrou N’béchar. Cette région a été bombardée et les villages détruits et évacués dès les premiers mois de 1956. Elle fut alors déclarée zone interdite.

A l’inverse de Tayeb, son compagnon, Abdelhamid était passé par l’épreuve du feu. Il débuta son maquis au sein de la section ; là il se forgea dans les combats et même obtint le grade de sous-officier. Amirouche le repéra et le prit avec lui pour faire partie de sa garde personnelle.

Il l’accompagnait dans tous ses déplacements, jusqu’au jour où il l’envoya en mission en Tunisie. Tous les deux ignorent qu’ils ne se reverraient jamais.

Maouchi Yahia

Partager