Lutte contre l’immigration illégale et traite des êtres humains au menu

Partager

Une première, Alger et Madrid viennent d’entamer des négociations pour un accord sur les visas. Ainsi, le secrétaire général en charge des affaires consulaires et migratoires au ministère espagnol des Affaires étrangères, Javier Elorza, a déclaré à Alger qu’“aucun de nos deux pays n’a fait de telles négociations pour trouver un accord sur les mécanismes de facilitation de visas pour les personnes qui, d’un côté comme d’un autre, ne posent pas de problèmes notamment de migration illégale”. Comme ont le sait, le sujet des visas est un sujet très sensibl. M. Elorza a indiqué que ainsi les deux pays auront l’opportunité de discuter durant les prochains mois de l’introduction de la biométrie dans la délivrance de ces documents de voyage. Il a également affirmé qu’“il s’agit de faciliter le plus possible, la mutation administrative vers la biométrie et faciliter les procédures”. Par ailleurs, durant ces négociations, Javier Elorza a évoqué, avec Madjid Bouguera, secrétaire général du ministère algérien des Affaires étrangères, les priorités de la future présidence tournante de l’Union européenne (UE) qui commence le 1er janvier 2010. Javier Elorza a expliqué, pour souligner la sensibilité qu’ont les pays du sud de l’Europe envers ceux du Maghreb, qu’ “un conseil d’association Algérie-UE va avoir lieu l’année prochaine avec une nouvelle composante de la Commission européenne”. “Les deux pays sont favorables à la lutte contre l’immigration illégale et contre la traite des êtres humains, nous voulons favoriser la synergie entre coopération, développement et migration”, a précisé le responsable espagnol, tout en soulignant que l’Algérie et l’Espagne sont signataires de conventions communes et participent régulièrement à des conférences multilatérales traitant de ces questions.

Kahina Hammani

Partager