Le chef-lieu dans un état déplorable

Partager

Le centre-ville de la commune de Tizi n’Tleta, n’a pas connu de changement notable à même de juguler le sous-développement ambiant, à l’instar des autres communes de la wilaya de Tizi Ouzou. En effet, le chef-lieu de la commune se noie dans des problèmes inextricables.

Dès l’apparition des premières pluies, les artères se transforment en oueds, même les chemins menant vers la commune de Mechtras ou au village d’Aït Abdelmoumène, n’y échappent pas et se trouvent complètement inondées par les eaux, les quelques avaloirs et caniveaux qui sont encore opérationnels, n’arrivent plus à absorber la quantité considérable des eaux boueuses qui se déversent dans la ville. Ses locataires ainsi que les citoyens qui se rendent aux différents services ou allant aux Ouadhias ou à Boghni, subissent le désagrément que leur cause le mauvais état de la chaussée. Pourtant, la localité a été raccordée au gaz de ville depuis l’année dernière. Les travaux d’aménagement urbains n’ont pas vu le jour et les citoyens se demandent le pourquoi de ce retard. “Nous ne comprenons pas pourquoi les services concernés n’ont pas encore entamé les travaux d’aménagement qui peuvent améliorer l’image de notre localité qui se trouve dans un état de dégradation très avancé”, nous dit un résident du centre-ville.

Du côté de l’APC, l’exécutif communal sollicite également les pouvoirs nécessaires à concrétiser ce projet tant attendu par la population que pour les autorités locales. “Nous lançons un appel aux pouvoirs publics concernés (la DUCH) de débloquer ce projet d’aménagement urbain qui tarde à venir. Son absence a causé beaucoup de désagréments pour les piétons ainsi que pour les automobilistes, contrairement aux autres communes. A titre illustratif, la commune des Ouadhias situées à 5 km de notre commune, a bénéficié des mêmes de projets et les travaux sont à la phase finale. Notre commune plonge encore dans le sous-développement car il n’y a ni éclairage public, ni trottoirs, ni espaces verts, ni jardin, ni…. nous sommes vraiment privés de tous travaux d’embellissement. D’ailleurs, elle ressemble à tout, sauf à un chef-lieu”, nous a déclaré un élu.

Mouloud Zerbout

Partager