Le budget 2010 de la mairie s’élève à 147 milliards de centimes

Partager

Le président de l’APC de Béjaïa, Tahar Hanache, a animé dans l’après-midi du mardi passé le premier Diwan d’Avis, organisé par l’hebdomadaire Avis en son siège. Le Diwan d’Avis est un forum bimensuel de débats entre les représentants de la presse et les différents acteurs responsables du développement de la wilaya. L’invité a entamé son intervention, en donnant un bilan succint de ses deux années d’activités à la tête de la commune. Les deux points mis en avant sont les progrès réalisés dans le domaine de la voirie où même si de gros efforts restent à fournir, il y a lieu de retenir cependant que beaucoup de routes de quartiers périphériques notamment ont été bitumées. Il a ajouté que dans certains quartiers comme à Tala Merkha, les travaux sont retardés à cause des chantiers de pose d’AEP de l’ADE. Concernant les zones rurales, le P/APC de Béjaïa a signalé qu’il y a beaucoup de pistes ouvertes et d’aménagement d’anciennes routes de villages. Le deuxième point mis en exergue, concerne l’amélioration de la collecte des ordures ménagères. En effet, tout le monde a constaté ces derniers temps la disparition des bacs à ordures, qui jalonnaient le plein centre des principaux boulevards de la ville.

Le P/APC promet d’y remédier, avec la mise en place des bacs à ordures de grandes capacités et l’acquisition de nouvelles bennes-tasseuses. S’agissant de la modernisation des 11 quartiers et zones rurales retenues en 2009, Ben Zaïd, vice-président a informé l’assistance que celle-ci est à l’étape de l’étude et que c’est cette dernière, qui déterminera le montant qu’y sera alloué. Abordant le budget communal pour l’exercice 2010, le P/APC a indiqué que celui-ci est d’un montent de 147 milliards de centimes équilibré entre recettes et dépenses, et que les celles de fonctionnement prennent la part du lion avec 77% contre 23% seulement pour celles de l’équipement, et que 96% des recettes proviennent de la fiscalité. Il a expliqué que les dépenses de fonctionnement sont constituées en majeure partie de salaires et de chaarges obligatoires pour l’APC comme l’électricité ou le fonctionnement des écoles.

B. Mouhand

Partager