Gare à l’arnaque !

Partager

Après avoir durement surmonté la rareté des liquidités dans les institutions financières, voilà que les Algériens se retrouvent face à un autre (gros) problème avec l’argent : de grosses sommes en faux billets notamment les coupures de 1 000 DA, ont été mises en circulation et ont même atterri dans les coffres de certaines banques.

En Kabylie, comme partout ailleurs, la panique et la psychose a fini par gagner même les paisibles villages de haute montagne. Dans les marchés, les magasins, les bureaux de poste ou les guichets de banque, les citoyens et les commerçants se débrouillent comme ils peuvent pour éviter une éventuelle arnaque : on scrute le billet, on le prend dans tous les sens, en récto, et verso, on décrypte les formes, ous’attarde sur la couleur…

Bien que la chose met tout le monde mal à l’aise, les citoyens n’ont pas vraiment d’autres choix que de s’ériger en experts en coupures de billet pour en vérifier l’authenticité.

Mais ce qui a vraiment attisé les inquiétudes des populations locales, c’est l’état d’alerte maximum dans lequel les banques algériennes ont été mises. Mieux encore, les autorités financières algériennes ont émis des mises en garde officielles et formelles quant à la mise en circulation de ces faux billets.

“Avant, c’était des petits bandits qui s’amusaient à reproduire certaines sommes d’argent et qu’on finissait par choper et coffrer au bout de quelques jours mais maintenant, il s’agit de plusieurs centaines de millions de centimes qui ont été volontairement injectés dans le marché de la monnaie nationale… alors sincèrement, je ne peux faire confiance à personne et je dois redoubler de vigilance pour ne pas tomber dans l’arnaque…», nous disait dépité Ammi Amar, un vieux commerçant du centre-ville, qui insistait pour nous préciser que cette même information a été diffusée officiellement par des institutions financières nationales.

Selon d’autres témoignages, ce qui est vraiment inquiétant c’est pas que ces faux billets circulent dans la nature où qu’ils soient frauduleusement utilisés dans les marchés parallèles de change, ce qui suscite la panique, c’est que des sommes de fausses monnaies ont été déposées dans certaines banques, en bonne et dûe forme, comme c’était le cas dans une agence BNA à Annaba où on a découvert une liasse de 100 000 DA en billets de 1 000 DA, tous en faux billets, ainsi qu’une autre liasse de 100 000 DA (toujours à Annaba) dans les coffres de… la Banque centrale d’Algérie !.

Ceci dit, et en attendant que l’affaire se tasse, les citoyens n’ont guère d’autres options que de s’armer en vigilance : les billets de 1 000 DA circulent partout, l’arnaque aussi !

Ahmed B.

Partager