Scandale à l’hôpital de Aïn El Hammam

Partager

Un citoyen de Aïn El Hammam, dans la wilaya de Tizi-ouzou dénonce dans une déclaration mise à notre disposition, « l’incompétence dans le service hospitalier de Aïn El Hammam »

L’affaire, écrit-il, remonte au 14 juin de l’année dernière, quand Mme Medjber, puisque c’est d’elle qu’il s’agit, est hospitalisée au niveau de l’hôpital de Aïn El Hammam « pour un accouchement qui devait se dérouler normalement vu l’échographie faite chez le radiologue de Aïn El Hammam, et ce, suite aux recommandations des services de la maternité de l’hôpital de la même ville », explique le mari de la jeune femme.

Cette dernière accoucha le lendemain à 10h du matin. Aussitôt après, « elle se sentit très malade, criait et se plaignait de douleurs atroces ». La jeune femme, qui avait au moment des faits 24 ans, a souffert ainsi pendant une semaine, une radio est donc effectuée le 20 Juin 2006. Cette dernière a abouti au résultat « normal prévoyant la guérison de ma femme  » dira M. Medjeber. Le même jour, la considérant rétablie, on la fit sortir de l’hôpital « sur un fauteuil roulant, car elle ne pouvait pas marcher  » confirma le mari. Elle resta ainsi trois jours à la maison pendant lesquels « elle ne pouvait pas se tenir debout, elle soufrait davantage ». Elle est par la suite transportée chez un médecin spécialiste. Ce dernier découvre « une anomalie qui est caractérisée par un écartement de 05 cm au niveau du bassin dont un certificat médical lui a été délivré « , enchaîne le plaignant. Une semaine plus tard, et vu son état alarmant, « nous la faisons transporter par les services de la Protection civile vers le service des urgences de Aïn El Hammam, où on nous recommanda de la transférer sur Tizi-Ouzou. Nous avons sollicité les services d’une ambulance, mais on nous l’a refusée au niveau de cet établissement sanitaire. J’ai donc dû en louer une chez un privé car ma femme ne pouvait être transportée autrement », ajoute-t-il encore. La jeune femme sera hospitalisée de nouveau à l’hôpital de Tizi-Ouzou où elle subit une intervention chirurgicale. Après tous ces événements, M. Medjeber interpelle le directeur de l’hôpital qui lui accorda une entrevue. « Mais il n’a rien fait d’autre. Chose qui m’a poussé à déposer plainte auprès du procureur du tribunal de Aïn El Hammam », clame le plaignant. Après plusieurs auditions devant le juge d’instruction, il s’est avéré que la plainte a été déposée « contre x ». Une procédure qui a sidéré ce citoyen de Aïn El Hammam, car d’après lui, le dossier est conforme avec toutes les preuves et présentations requises pour impliquer ceux qui l’ont  » privé d’une part de progéniture, et condamné d’autre part, ma jeune épouse à se retrouver en fauteuil roulant à vie  » dira-t-il. Il expliquera que  » désormais, et d’après les déclarations des médecins qui ont ausculté ma femme, elle doit attendre au moins six années avant de savoir si elle sera en mesure de donner naissance par césarienne « . Le plaignant a même interpellé le ministre de la Santé par le biais d’une lettre ouverte qu’il lui a adressée le 3 mars dernier, dans laquelle il sollicitait le premier représentant du secteur de la santé de « diligenter une enquête urgente sur ce dépassement qui ne fait pas honneur au secteur ». Il assure par ailleurs, qu’il n’abandonnera pas ses poursuites jusqu’à ce que” toute la vérité soit faite « .

Les explications des responsables de l’hôpital

De leur côté les responsables de l’hôpital de Ain El Hammam estiment que :  » cet accouchement est naturel, il n’y a pas eu d’erreur médicale « . C’est du moins la version de cet établissement hospitalier, et a sa tête le directeur qui nous a reçu dans son bureau. Ce dernier tient à faire un éclaircissement sur cette histoire qui remonte au 14/06/2010.  » Ce jour là Madame A .M.Z a été reçue au service des urgences à 16h50. Ainsi, et par décision du médecin de garde des urgences, elle sera admise en maternité  » peut-on lire dans un rapport rédigé par le directeur de l’établissement qui nous a été remis par ce dernier. Pour le responsable de l’hôpital,  » le père est conscient qu’il n y a pas de gynécologue au niveau de l’établissement « .  » La jeune femme a accouché le 15juin à 10h05 en présence de trois (3) médecins et de sages- femmes. Elle donnera naissance à un garçon dans un état normal  » affirme le même responsable. Concernant l’écartement du bassin, le directeur dira que c’est  » une chose normale qui arrive à toutes les mamans après l’accouchement  » précisant que l’écartement du bassin était de 1,5cm et pas 5cm comme le soutient le mari de la patiente. Le directeur ajoute dans ce sens que  » les radiographies, réalisées deux jours après l’accouchement, ont révélé une disjonction perbienne. Au vue des douleurs que la nouvelle maman a ressenties au niveau de bassin le traumatologue de l’hôpital a préconisé une prolongation d’hospitalisation d’une semaine avec traitement ambulatoire  » fera savoir le directeur de l’établissement sanitaire de Ain El Hammam qui s’appuie sur un rapport de constatation après enquête établi le 22 juillet 2010. Ce dernier a indiqué que  » depuis que la parturiente est sortie de l’hôpital ,elle n’est pas revenue. Pour moi, elle est donc guérie « . Pour ce qui est du refus de l’hôpital d’accorder les services d’une ambulance au géniteur pour évacuer son épouse vers Tizi Ouzou, le premier responsable dira que  » sans lettre d’évacuation, impossible d’avoir accès à une ambulance ».

Le directeur a déclaré que le père a été reçu a deux reprises par la direction pour une explication. En outre, le responsable nous a confié que Madame A.M.Z, a été  » hospitalisée deux mois avant l’accouchement pour accident domestique caractérisé par une chute « .

Quant aux accusations du père sur le fait que sa femme est devenue depuis cet accouchement une handicapée, le directeur dira  » nous ne sommes pas responsables de cet handicap, elle est sortie de l’hôpital comme toutes les mamans, c’est une naissance normale pas une erreur médicale.  » Avant de conclure que  » Notre hôpital a été toujours à la hauteur des sollicitations des citoyens « . Ceci, tout en rappelant que le verdict de tribunal de Ain EL Hammam a été  » en faveur de l’hôpital, et actuellement, l’affaire est au niveau de tribunal de Tizi Ouzou « .

T. Ch / Slimane Ben Addi

Partager