Les brigades du contrôle des prix et de la qualité à pied d’œuvre

Partager

Depuis une semaine, des brigades relevant de la direction du commerce sillonnent les moindres recoins de la région de M’Chedallah et ses communes.

Un déploiement qui vient a point nommé au grand bonheur du pauvre consommateur pour mettre le holà à la boulimie de certains commerçants qui y voient en cette période du ramadhan le meilleur moment de l’année pour se remplir rapidement les poches, bien souvent par des procédés peu loyaux, notamment ceux qui exercent en noir et qui échappent tant au fisc qu’a toute forme de contrôle. De nombreux commerçants réguliers qu’on a abordés pour avoir une première appréciation a propos de ce déploiement des services du contrôle du prix et de la qualité ont formulé le même souhait, celui de voir ces brigades multiplier les sorties, sachant que leur seule présence sur le terrain fait office de campagne de dissuasion qui réduit sensiblement dans le commerce dans ces zones reculées du pays profond en particulier.La mobilité de ces brigades est telle que tous nos efforts à les voir à l’œuvre s’avèrent vains sinon des échos qui nous parviennent ça et la a propos du vent de panique qui souffle au niveau du commerce parallèle. Ce que nous avions par contre pu constater est le fait que le « téléphone arabe » fonctionne à plein régime et que bien souvent l’information de leur arrivée dans telle ou telle agglomération les précède. De sorte que de nombreux commerces illicites plient bagages ou baissent rideaux (c’est selon). Le temps que ces brigades terminent leur tournée d’inspection pour refaire surface, un jeu du chat et de la souris auquel les services du contrôle des prix et de la qualité doivent trouver une parade en faisant appel par exemple au mouvement associatif, dont la contribution pèserait sensiblement sur le cours des choses pour faire reculer ce phénomène. Toujours est-il que pour le moment, dans ces zones de l’arrière pays, les commerçants honnêtes (il en existe encore) et consommateurs n’ont qu’un seul souhait : celui de voir ces brigades de la DCP maintenir la pression particulièrement durant cette période du Ramadhan.

Oulaid Soualah

Partager