Accueil A la une Inquiétante seconde vague de contamination au COVID-19 en kabylie

Le taux d'occupation frise la saturation dans les hôpitaux

Inquiétante seconde vague de contamination au COVID-19 en kabylie

3609

La propagation de la pandémie du COVID-19 en Kabylie, notamment à Tizi-Ouzou ou les établissements mobilisés sont en passe d’afficher complet, tout comme dans la wilaya de Bouira, est de plus en plus inquiétante. En effet, et depuis la semaine dernière, le nombre de nouveaux cas dépistés positif au COVOID-19, a dépassé le seuil de la moyenne habituelle dans les deux wilayas.

A Béjaïa la situation était des plus inquiétantes depuis plusieurs semaines déjà. A Tizi-Ouzou, la semaine dernière a été des plus révélatrice sur l’échec de la politique de prévention menée, notamment à travers le fameux « plan de commandement opérationnel ». 29 cas positive dépistés en un seul jour. Un triste record!  A Bouira, selon nos informations, et en l’espace d’une semaine, le nombre de patients pris en charge au niveau du service de maladies infectieuses de l’hôpital de Bouira, a carrément triplé, chose qui a poussé les responsables de la DSP de Bouira, a opté pour l’ouverture de deux nouvelles unités pour la prise en charge des patients atteints du virus, au niveau des hôpitaux d’Aïn-Bessem et de Sour El-Ghozlane, avec une capacité globale de 50 lits. Des capacités qui s’avèrent insuffisantes, puisque les 50 lits en question, sont tous actuellement occupés par des patients dépistés positifs. La direction de la santé, prépare actuellement l’ouverture de deux nouvelles unités au niveau des hôpitaux de M’chedallah et de Lakhdaria, en plus de l’augmentation des capacités des trois unités opérationnelles au niveau des hôpitaux de Bouira, Aïn-Bessem et Sour El-Ghozlane. C’est dire l’échec de toute la politique de prévention mise en place. Par ailleurs, la DSP de Bouira a annoncé tout récemment que le nombre de patients admis au niveau des services dédiés au COVID-19, était de l’ordre de 89 patients, tous dépistés positifs. Ainsi, le nombre de cas positifs enregistrés dans la wilaya de Bouira, a dépassé le seuil de 200 patients depuis le début de la pandémie. En plus, pas moins de 300 autres personnes parmi les proches des patients confirmés, sont placées en isolement au niveau de leurs foyers, notamment dans les communes de Bouira, Aïn-Bessem et Sour El-Ghozlane. Les autorités sanitaires craignent l’apparition de nouveaux foyers de cette pandémie, notamment dans la ville d’Aïn-Bessem, qui recense désormais le plus grand nombre de cas positifs. 

A l’origine de cette dangereuse propagation de la maladie, un relâchement sans précédent et un flagrant non-respect des mesures de protection et de distanciation sociale, reconnu de tous, notamment avec la réouverture de certains commerces. En effet, et à travers les quatre coins de la wilaya, comme à travers les autres contrées de Kabylie et même des autres wilayas du pays, le constat reste très inquiétant, et les mesures de protection semblent être ignorées par tous : « Les obligations de distanciation sociale, de port de masque de protection et de confinement sont superbement ignorés par nos concitoyens… Le résultat, est à constater au niveau de nos hôpitaux. Le nombre de personnes atteintes de ce virus et la nouvelle cadence de contamination est tout simplement effrayante ! Les citoyens doivent impérativement respecter les mesures sanitaires, et les autorités locales doivent réinvestir le terrain pour l’application du confinement et pour reprendre le travail de prévention», suggère un médecin exerçant au niveau de l’unité COVID-19 de l’hôpital d’Aïn-Bessem.  Il est utile de rappeler enfin, que pas moins 98 personnes sont guéries de cette maladie et 16 personnes sont décédées dans la wilaya de Bouira depuis le mois de février dernier. A Tizi-Ouzou ou jusque là il n’a été enregistré qu’une dizaine de décès, les praticiens avouent leur inquiétude face à la réapparition des formes sévères chez les sujets hospitalisés.         

Oussama Khitouche