Accueil A la une Le ministère au secours des producteurs

BOUIRA - Surproduction de pommes de terre

Le ministère au secours des producteurs

299

Les producteurs de pomme de terre de la wilaya de Bouira ont finalement réussi à se faire entendre au sujet du problème de surproduction et de mévente du tubercule d’arrière saison.

Ils avaient en effet interpellé la DSA de la wilaya sur leur incapacité à s’acquitter de leurs dettes, notamment pour l’achat de semences et de produits phytosanitaires. Las d’attendre le bon vouloir du Système de régulation des produits agricoles de large consommation (SYRPALAC), organisme devant intervenir pour acheter la production de pomme de terre, les agriculteurs avaient menacé, la semaine dernière, de déverser leurs productions sur l’autoroute Est-Ouest.

Les pouvoirs publics sont néanmoins intervenus à temps. C’est ce qu’affirme M. Djoudi Ganoune, le DSA : «Nos services ont constaté cette surproduction d’arrière saison. 28 agriculteurs ont leur production toujours en terre, pour une superficie totale de 393 hectares.

La production a été estimée par la commission statistique de la DSA à 137 550 quintaux. Suite à ça, les agriculteurs ont pris attache avec nos services qui ont aussitôt alerté les responsables auprès du ministère de l’Agriculture et de l’Office National Interprofessionnel des Légumes Et Viandes (ONILEV), dimanche dernier, en tenant une réunion où nous avons fait des propositions.

Ainsi, et suite aux instructions du ministre de l’Agriculture, une réunion a été tenue mercredi dernier à laquelle nous avons invité 7 opérateurs privés, l’ONILEV, la chambre d’agriculture, le conseil interprofessionnel, ainsi que les agriculteurs concernés.

Nous avons trouvé un consensus. Les quantités ont été réparties à travers les opérateurs devant stocker la production et le prix a été négocié entre agriculteurs et opérateurs. Nous avons insisté pour que le prix soit de 25 dinars le kg vendu sur place, c’est-à-dire sur les parcelles». M. Ganoune a indiqué que la plus grande partie de cette mévente a été enregistrée à El Esnam.

«L’initiative du ministère de l’Agriculture, qui ne laisse jamais les agriculteurs affronter seuls leurs problèmes rencontrés, est à saluer», dira-t-il. «Par ailleurs et afin de vérifier l’état de la situation, les services de la DSA, la Chambre d’Agriculture et le conseil interprofessionnel des agriculteurs de pomme de terre ont mis sur pied une commission qui s’est déplacée pour examiner et recenser les superficies déclarées.

L’enquête de rendement, menée auprès des 28 agriculteurs concernés, a révélé que celui-ci est 350 quintaux à l’hectare. La superficie est de 393 hectare», explique le DSA de Bouira. Jeudi dernier, pas moins de 7 semi-remorques, appartenant à trois opérateurs privés, ont procédé à l’enlèvement d’une partie des tubercules d’El Esnam pour les emmener vers les différentes zones de stockage. Les agriculteurs de la région affirment, pour leur part, avoir été sauvés d’une asphyxie financière certaine qui les menaçait eux et leurs familles.

Hafidh Bessaoudi