Accueil A la une Les candidats à l’épreuve du terrain

PRÉSIDENTIELLE - Lancement officiel de la campagne électorale aujourd’hui

Les candidats à l’épreuve du terrain

263

Les cinq candidats à la présidentielle du 12 décembre prochain, à savoir Tebboune, Benflis, Mihoubi, Belaïd et Bengrina, entament aujourd’hui l’épreuve du terrain avec le lancement officiel de la campagne électorale. Si les nominés par l’ANIE, -confirmés par le Conseil constitutionnel-, n’ont pas attendu la date d’aujourd’hui pour se lancer dans la campagne, à travers notamment la multiplication des interventions dans les médias et quelques sorties partisanes, l’entame officielle, aujourd’hui, de la campagne électorale est une manche plus sérieuse, en ce sens que les cinq candidats devraient descendre sur le terrain et tenter de convaincre la rue.

L’apparition médiatique sur les écrans sera désormais réglementée, car elle répond à un calendrier officiel. Qu’à cela ne tienne. Deux candidats vont devoir se croiser, aujourd’hui même, dans le Sud du pays, à Adrar précisément, pour plaider leurs programmes respectifs chez les confréries religieuses qui sont très fortement implantées dans cette wilaya, ainsi que les fellahs qui font de cette contrée du désert algérien un véritable potager national. Abdelmadjid Tebboune et Abdelaziz Belaïd se feront ainsi le plaisir de porter le turban bleu et siroter le thé d’Adrar en vendant leurs programmes électoraux.

Rien n’est dit, par contre, sur les vraies raisons qui ont motivé les deux candidats à se lancer à partir du Sud, mais tout porte à croire que la logistique électorale des deux postulants au palais d’El-Mouradia grippe quelque peu dans le Nord. Mais pas pour Ali Benflis et Abdelkader Bengrina qui, eux, vont se lancer, respectivement, à partir de Tlemcen et Alger. L’ancien chef de gouvernement (2000-2003) sous Bouteflika a donc choisi de «catapulter» sa campagne présidentielle à partir du fief de l’ancien président de la République, dans un élan qui s’apparente à un élancement hasardeux tant la région fut le bassin pourvoyeur de la quasi-totalité des ministres et grands responsables civils et militaires ayant entouré l’ex-chef de l’État durant 20 ans.

Benflis en est certainement bien outillé pour un atterrissage tranquille dans la capitale des Zianides. Bengrina, lui, qui est allé, en milieu de semaine, tâter le sable de Tindouf, a opté pour la capitale pour marquer le début officiel de la campagne électorale. Le chef du parti El-Bina (de la mouvance islamiste) a été d’ailleurs le dernier à présenter son programme électoral, avant-hier. Et c’est sous le slogan «Construisons ensemble l’Algérie nouvelle», que Bengrina s’engage à œuvrer à «l’édification d’une Algérie nouvelle qui répond aux aspirations du peuple à la liberté, à la dignité et à la justice, à travers une réforme politique qui éradique la corruption et le despotisme et jette les fondements d’un État fort et stable».

Il loue aussi le dialogue et le partenariat comme sources du processus de réforme. Parmi les axes fondamentaux de son programme électoral, rapporte l’APS, le président du Mouvement El-Bina a cité notamment «l’amendement de la Constitution, la limitation des pouvoirs du Président, la réforme de la pratique politique, la préservation de la sécurité nationale et le renforcement des libertés individuelles et collectives». Aussi, Bengrina prône «l’appui à l’opposition pour lui permettre de jouer son rôle, ainsi qu’une justice indépendante, entre autres. Jusqu’à hier, seul Azeddine Mihoubi n’a pas communiqué son programme de sorties de campagne.

Jeudi, les cinq candidats ont eu connaissance de leurs temps de paroles sur les médias lourds publics, ENTV et ENRS (Télévision et radio ndlr), suite au tirage au sort effectué en présence de leurs représentants et sous la supervision des membres de l’ANIE. Le temps de parole des cinq candidats à la télévision est ainsi réparti en quatre tranches horaires de 30 minutes chacune qui précèderont les journaux télévisés. Pour ce qui est de la Radio nationale, le volume horaire de prise de parole de manière directe est fixé à deux heures par jour sur chaque chaîne, réparti sur 4 tranches horaires.

M. A. T.