Accueil A la une Les travailleurs de l’ENAD en grève

SOUR EL-GHOZLANE - L’administration rassure et alerte sur l’existence de «manipulations»

Les travailleurs de l’ENAD en grève

173

Les travailleurs de la principale usine de l’entreprise nationale des produits détergents (ENAD), sis dans la commune de Sour El-Ghozlane au sud de la wilaya de Bouira, ont observé un arrêt de travail durant la matinée d’hier ainsi qu’un rassemblement de protestation afin de réclamer le versement de leurs paies. Selon les protestataires, les paies de l’ensemble des fonctionnaires n’ont pas été versées depuis plus de trois mois et l’administration de ce complexe industriel n’a fourni aucune explication quant à ce problème pénalisant. Les grévistes ont aussi assuré qu’aucun arrêt technique de l’activité et de la production n’est observé au niveau de l’usine.

Une activité que les travailleurs ont menacé de «paralyser» si la situation ne se débloque pas dans les plus brefs délais. «Nous ne pouvons plus attendre davantage. Notre administration ne semble pas se soucier de ce retard qui dure depuis plus de trois mois. Nous avons nos familles et nos engagements qui attendent toujours, alors que cette même administration n’arrive toujours pas à fournir une explication claire à cette situation, ni d’ailleurs une date limite pour le versement de nos paies», a expliqué hier un salarié de ce groupement public, avant d’ajouter : «L’activité et la production au sein de l’usine ne se sont jamais arrêtées et notre produit est très prisé sur le marché, alors nous sommes dans le droit de nous interroger sur les raisons de ce blocage (…) Nous réclamons aussi l’amélioration de nos conditions de travail et l’augmentation de nos salaires qui sont déjà dérisoires».

Le retard dû à “la baisse des recettes financières”

Contacté par nos soins, une source proche de l’administration de ce complexe a confirmé le retard accusé pour le versement des paies des mois d’août et septembre. Selon notre source, ce retard est dû à la baisse des recettes financières de l’entreprise durant cette période. Une baisse expliquée par le refus des fournisseurs de la matière première pour livrer certaines commandes, mais aussi par le non-recouvrement d’une importante créance auprès d’une grande direction publique. Notre source qui a appelé les travailleurs de l’ENAD à la vigilance, notamment avec une multiplication «des manipulations visant à perturber l’usine de Sour El-Ghozlane», a assuré que cette situation sera débloquée progressivement, surtout que les salaires du mois d’août seront versés en l’espace de 24h, en attendant les salaires du mois de septembre qui seront versés dans les plus brefs délais.

Oussama K.