Ce qui s’est réellement passé

Partager

L’EPH d’Azazga est secoué depuis avant-hier par une affaire de nouveau-né (retrouvé dans un seau dans les sanitaires) qui n’a sans doute pas encore livré tous ses secrets.

L’affaire est particulièrement amplifiée par une vidéo qui circule sur les réseaux sociaux à ce sujet largement commentée. Selon la directrice de cet établissement hospitalier, «il s’avère que ce nouveau-né abandonné a été introduit en cachette par une femme qui l’a dissimulé dans les sanitaires du service maternité, profitant de la période des passations des consignes entre les équipes de garde de nuit et celle de la journée.

Il ne s’agit en aucun cas d’un nouveau né d’une parturiente qui a accouché dans ce service». Retrouvé par une femme de ménage, cette dernière aurait également témoigné avoir auparavant remarqué l’attitude bizarre d’une femme (la mise en cause) qui aurait profité de l’heure de changement des équipes et de la pénombre pour commettre son acte avant de quitter les lieux.

À signaler que le bébé, vite découvert, a pu être sauvé et se retrouve désormais hors du danger, en recevant les soins nécessaires, indique-t-on de même source. Une enquête judiciaire est d’ores et déjà ouverte pour faire la lumière sur cette affaire qui a jeté le trouble et la suspicion au sein de la population d’Azazga.

Il semblerait, selon les informations ébruitées, que la mise en cause sera très probablement vite identifiée avec le recours aux enregistrements des caméras de surveillance. Approché, un médecin de l’établissement a affirmé : «Le réflexe de cette femme qui l’a amené à ce service est salutaire puisque sur place le nouveau né a pu bénéficier d’une prise en charge sanitaire, ce qui l’a sauvé d’une mort certaine. Ce bébé aurait pu être jeté dans la nature et trouver la mort au bout de 2 à 3 heures».

M. I. B

Partager