Accueil Kabylie Une école lancée

DRAÂ EL-MIZAN - Cité des 1 000 logements

Une école lancée

958

Ces dernières années, la commune a bénéficié de nombreux projets de logements. Néanmoins, les structures d'accompagnement ne suivaient pas. Les responsables ont enfin pris en considération ce problème.

C’est ce que nous avons appris au sujet des 1 000 logements relevant du programme du président de la République en face de l’ex-ENPC, sur la route de Boghni qui va bénéficier de nombreuses structures d’accompagnement. Il s’agit entre autres d’une école primaire, d’un collège d’enseignement moyen, d’un lycée et d’autres édifices publics. D’ailleurs, le premier projet a été lancé. C’est un bloc scolaire car, faudra-t-il le souligner, la liste de pas moins de 500 bénéficiaires a été déjà affichée en mars dernier en attendant la fin des travaux, notamment les aménagements extérieurs et les autres commodités (assainissement, gaz naturel, électricité, eau). Par ailleurs, dans le même site, il est prévu un autre bloc scolaire pour les 500 logements de type AADL. «Les structures seront lancées l’une après l’autre. Mais, pour le moment, la priorité est donnée à l’enseignement primaire parce que les écoles primaires de la ville sont loin du site. Si ces logements étaient occupés avant la réalisation de ce bloc scolaire, il y aurait un grand problème pour scolariser le flux d’élèves attendus. Imaginez que si dans chaque logement, il y aura un enfant en âge d’aller à l’école, déjà nous aurons un millier d’enfants. C’est énorme comme population scolaire», nous confiera une source proche du projet. Et de poursuivre, «n’oubliez pas aussi que le projet des 76 logements RHP, pour recaser les familles de la cité précaire de Maâmar, sont en cours. Ils ne sont pas loin du site. Un choix de terrain a été fait aussi pour quarante logements sociaux. Vraiment, c’est une nouvelle ville de plus de 10 000 habitants qui est en perspective dans cet endroit. Il ne faut, donc, rien laisser au hasard. La planification pour éviter la révolte sociale est très importante. D’autres structures seront demandées. Il s’agira par exemple d’une unité de sécurité, d’une salle de soins, d’une annexe administrative». En tout cas, l’exode rural vers la ville commence à peser et les structures sont parfois vétustes pour fournir un service public convenable. Actuellement, à titre d’exemple, le CEM frères Harchaoui accueille près de six cents élèves alors que le nombre de locaux ne répond pas à cet effectif pléthorique. Tout autour, des lotissements ont été créés et la population a fortement augmenté par rapport à l’année 2006, lorsque le CEM Base 7 a été mis en service. Il s’agit du lotissement Nord et du lotissement social. A noter aussi que du côté de la Base 7, il est attendu l’attribution de 132 logements dont la liste a été déjà elle aussi, affichée en mars 2018. C’est dire que c’est de ce côté-là qu’est prévue la scolarisation de nombreux élèves qui viendront gonfler les effectifs notamment au niveau de l’école primaire Indépendance 2 et du CEM Base 7. En définitive, il faudrait, donc, prendre en compte tous ces paramètres. On sait aussi que le taux de natalité ne cesse de grimper ces dernières années.

Amar Ouramdane