Accueil Kabylie Deuxième journée écologique hier

TIZI-OUZOU - Université Mouloud Mammeri

Deuxième journée écologique hier

72

Une deuxième journée écologique à l’université Mouloud Mammeri de
Tizi-Ouzou a été organisée hier par un collectif d’étudiants. L’action, qui vise à rendre le milieu universitaire propre et agréable à vivre, a été initiée par un collectif d’étudiants soucieux de la propreté de leur université, en particulier, et de l’environnement, en général.

C’est un défi que se sont lancés ces jeunes universitaires sous le slogan «Challenge nettoyage». Un challenge donc relevé par une forte masse estudiantine qui a admirablement réussi la première journée de cette campagne, qui s’est déroulée lundi dernier au campus Hasnaoua.

Cet élan de mobilisation a également touché les responsables de facultés et les acteurs du mouvement associatif, qui n’ont pas hésité à prêter main-forte aux volontaires, en fournissant, entre autres, le matériel et l’outillage indispensable pour mener à bien ces journées écologiques, dont la deuxième a été organisée hier à partir de 9 heures, au même campus. «Nous sommes en période de vacances, une journée ou deux pour le bien de notre enceinte universitaire ne coûtent rien.

Cette action nous concerne tous, surtout que notre université est envahie par les immondices», dira un jeune étudiant. A noter que cette initiative ne s’arrête pas qu’au nettoyage, mais aussi à la plantation d’arbres et autres plantes ornementales, en sus de la décoration des lieux par des artistes-peintres, via la réalisation de fresques. Les enseignants, de leur côté, saluent cette initiative qui, selon eux, rentre dans le cadre des activités sociales et culturelles et dénote l’éveil écologique des universitaires et leur haut sens responsabilité.

«J’apprécie beaucoup ce genre d’activités et je serai le premier à y prendre part», disait, avant-hier, un enseignant des sciences de l’information et de la communication. Et d’ajouter : «On doit mettre tous les moyens nécessaires pour fructifier cette mobilisation et insuffler une dynamique écologique constante dans le milieu universitaire, afin de préserver de notre environnement. Je remercie vivement les instigateurs de cet appel».

Lyes Mechouek